Réussir Aviculture 06 août 2002 à 17h28 | Par Pascal Le Douarin

Aviculture - En région Centre, la production de volailles chair en quête de renouveau

Région traditionnelle de production avicole, la région Centre a peu à peu subi l´influence du grand Ouest, en y perdant un peu de son identité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Placée au cour de la France, comme l´indique bien son logo, la région Centre comprend six départements assez contrastés au plan de leur géographie et de leur agriculture : Cher (18), Eure-et-Loir (28), Indre (36), Indre-et-Loire (37), Loir-et-Cher (41) et Loiret (45). Elle possède de grands secteurs à vocation de grandes cultures (Beauce au nord, Champagne Berrichonne au sud) et des zones de polyculture-élevage (Perche au nord, Orléanais, Gâtinais et Gâtines) où se sont développées préférentiellement les activités avicoles. L´aviculture est donc inégalement répartie sur le territoire. On y trouve aussi en plein centre la Sologne et au sud la Brenne, peu enclines à l´élevage hors-sol. Enfin la région est traversée en son milieu par la Loire et ses zones viticoles ou maraîchères.

La cinquième région avicole française
Pourtant la région Centre compte un peu plus de 2 000 bâtiments avicoles, pour une surface totale d´environ
1,1 million de m2. Avec un peu de plus de 5 % du parc français, elle se situe en cinquième position, derrière l´Aquitaine (3e) et Rhône-Alpes (4e). C´est une région avec une forte tradition avicole, comme en témoignent l´implantation déjà ancienne du centre de recherche avicole de l´Inra à côté de Tours et de plusieurs sociétés d´accouvage et de sélection : Galor (sélection de la pintade) et Moulin Brûlé (canard) en Indre-et-Loire, SFPA (poulettes) dans le Loiret et Shaver (Hubbard-Isa) en limite. Le couvoir Nibelle, aussi dans le Loiret, est devenu un spécialiste de l´ouf embryonné (fabrication de vaccins) après sa reprise par Sicamen (Sarthe). Cependant l´aviculture chair représente l´activité principale.

Un fort développement dans les années 80
Sur le papier, la région possède de solides atouts : de l´espace disponible pour construire des bâtiments, pas de problèmes d´excédents en déjections animales, des matières premières végétales en abondance, des axes de communication nombreux et une proximité avec la métropole ainsi qu´avec l´axe Rhin-Rhône. C´est pourquoi l´aviculture s´y est développée ces dernières décennies, avec à la fois une démarche « quantitative » de type intensif et une démarche « qualitative » de type label.
Sur le plan industriel, il revient surtout au fabricant d´aliment Jamain d´avoir dynamisé la production dans les années 80, dans la partie est de la région (Cher, Loiret) mais aussi dans le Loir-et-Cher. Une première vague importante de bâtiments a été construite durant la période. Jamain s´était développé sur l´aval en rachetant de nombreux abattoirs, surtout dans le Loiret, puis en fermant certains.

Au début des années 90, la coopération régionale s´est aussi intéressée à l´aviculture, y voyant un moyen de pérenniser et valoriser ses débouchés en céréales. Mais la tentative de création du groupe Codivol-Volailles Cour de France par le rachat de Jamain s´est finalement mal terminée en 1995. Dans l´intervalle, sur l´ouest de la région, la société Huttepain, initialement impliquée dans l´aliment, s´est aussi développée dans l´aval. Basée à cheval sur la Sarthe et le Centre, elle possède deux abattoirs en Loir-et-Cher (Servol en poulets et Volabraye en dinde) et y pèse lourd.

Légende - La volaille chair en région Centre : des outils de production performants

Les volailles de qualité fortement représentées
Parallèlement, la production destinée à des abattoirs placés sur les marchés traditionnels a perduré. Ils sont essentiellement fournis en volailles de qualité par les Volailles Fermières de l´Orléanais, créé en 1967 et premier label rouge régional ou en volailles semi-standard par Fermiers du Loir. Les bâtiments anciens conviennent bien pour ce type de productions extensives. On trouve aussi le poulet Fermier de Touraine (environ 800 000 par an sur 25 000 m2) abattu hors région par Gastronome, à la suite de la défaillance de son seul abattoir (Sopravit-37). Mais c´est surtout dans le Loir-et-Cher que ces abattoirs ont le mieux résisté, gardant leur indépendance et investissant pour être aux normes européennes : Gauthier, Sergent, Ménard, Volabel (37). Le Cher et l´Indre n´ont plus aucun abattoir agréé CEE. Le Loiret en a encore un : Auvray. Le dernier d´Eure-et-Loir, Guérin-Rocton, vient d´être racheté par le breton Ronsard.

Années 90 : prise en main progressive par l´Ouest
Au cours des années 90, les opérateurs purement régionaux ont perdu de leur poids et donc de leur influence. En reprenant Codivol en 1995, le groupe Doux est devenu le premier opérateur régional. Il a donné à l´est un nouveau souffle à des aviculteurs qui doutaient de leur avenir, mais avec l´inconvénient pour eux d´être en situation de quasi-monopole. A l´ouest, le groupe sarthois Huttepain, passé chez LDC, est omniprésent. Depuis 1995 ces deux opérateurs ont suscité une nouvelle vague d´élevages, y compris dans les régions céréalières (Eure-et-Loir). Au sud (Indre-et-Loire), Gastronome a avalé les Basses Cours Tourangelles. En dehors de ces trois mastodontes subsistent de petits plannings de fabricants d´aliments régionaux devenus minoritaires en surfaces. Seules les volailles fermières de l´Orléanais tirent encore leur épingle du jeu, mais la moitié de leur production est abattue hors région. Au final, la région Centre est devenue dépendante de décisions prises par des opérateurs économiques extérieurs.

Cette situation se traduit par une perte d´appartenance et d´identité régionale. Sans marque connue, hormis les Volailles de l´Orléanais, et dominé par des groupes nationaux, le cour de la France a un peu perdu son âme. Les éleveurs et les futurs éleveurs le sentent. Ils sont eux aussi concernés par la crise nationale. Ils s´interrogent sur leur avenir alors que leurs débouchés ne sont pas aussi directement menacés que dans le grand Ouest. Pour l´avenir, les agriculteurs attendent des garanties. Si c´est le cas, et avec la baisse du prix des céréales, qui sait si l´aviculture du Centre ne connaîtra pas une nouvelle vague ? Car elle a toujours ses atouts.

A noter
Cet article est extrait du Dossier de réussir Aviculture du mois de juin : " Production de volailles chair : la région Centre cherche un second souffle"
La revue qui consacre 12 pages à ce sujet observe que depuis la fin des années 90, les grands opérateurs de la région Centre peinent à convaincre les agriculteurs de s´investir sur la volaille chair. Considérée comme un futur Eldorado, la région a beaucoup vécu sur ses acquis.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui