Réussir Aviculture 03 octobre 2006 à 16h26 | Par Réussir Aviculture (A. Puybasset)

Aux Pays-Bas - Un éleveur de poulets gagne 8 à 12 centimes d´euro par kilo grâce au blé

Twan Colbers, éleveur néerlandais, incorpore du blé dans l´aliment du commerce de ses poulets. Au-delà de l´intérêt nutritionnel, cette pratique réduit son coût d´aliment par rapport à un aliment complet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En mélangeant jusqu´à 40 % de blé entier dans l´aliment du commerce distribué à ses poulets, Twan Colbers a baissé son coût moyen d´aliment de 8 à 12 centimes d´euro par kilo. Cet aviculteur basé à Kessel, au sud-est des Pays-Bas, souligne : « même si le cours du blé a sensiblement augmenté depuis 1995, ou j´ai commencé à utiliser cette technique, elle reste avantageuse (cours du blé en juillet dernier proche de 13,20 ? le quintal) ». Il achète en direct environ 300 tonnes de blé tous les quatre mois auprès d´un distributeur qui le livre par 90 tonnes toutes les huit semaines. Le taux d´incorporation varie de 3 % à 40 % selon l´âge des volailles. Le blé entier est mélangé à partir de cinq jours (grains trop gros pour l´incorporer dès le premier jour et coût d´un broyage très fin trop élevé). Il augmente ensuite le taux d´incorporation progressivement. « Je me fie au comportement des oiseaux et à l´état de la litière. Si les poulets boivent normalement et que la litière est sèche, j´augmente la proportion de blé. » A partir de deux semaines d´âge, le taux d´incorporation maximal de blé est de 25 %, de 35 % à quatre semaines puis de 40 % à cinq semaines et jusqu´à la fin du lot.
« Si les poulets sont en bonne santé et ont une croissance importante, on augmente la proportion de blé mais à partir de 50 %, l´indice de consommation risque d´être rapidement dégradé. » L´aliment complémentaire se présente sous forme de granulés (sauf le pré-starter en vermicelles) et contient des matières protéiques, grasses et des minéraux. Il contient du maïs pendant les trois premières semaines (au-delà, la viande se colore). Twan Colbers distribue quatre repas par jour en hiver et deux en été. Il n´y a pas de gaspillage. Les mangeoires sont vidées avant la distribution du repas suivant. Le poids moyen des poulets est de 2,3 kg pour un indice de consommation de 1,83 kg. La densité de départ est de 23,5 poussins/m2 (mâles et femelles mélangés). Deux détassages (15 % du lot à chaque fois) sont réalisés à 33 et 40 jours à un poids respectif de 1,5 kg et 2 kg. Les 70 % du lot restant sont élevés jusqu´à 46 jours et atteignent un poids moyen de 2,65 kg.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui