Réussir Aviculture 27 mai 2005 à 11h59 | Par Armelle Puybasset

Alimentation - Le triticale, une céréale qui gagne à être connue

Le triticale peut représenter une source de matière première intéressante pour les aliments complets, s´il gagne en homogénéité et en taux de protéines.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En l´espace de 10 ans, entre 1994 et 2004, la surface nationale de triticale a pratiquement doublé, passant de 180 000 à 330 000 hectares. Cette céréale, principalement autoconsommée par les éleveurs de porcs et de bovins, pourrait à l´avenir davantage intéresser les fabricants d´aliment souhaitant diversifier leurs approvisionnements en céréales. Elle dispose, en effet, de plusieurs atouts nutritionnels : des apports élevés en lysine, en phosphore disponible et une forte valeur énergétique. « Si l´on considère un même taux de protéines (12 %), la quantité de lysine apportée dans un kilogramme de triticale est de 4,8 g contre 3,5 g pour un blé », indique Maria Vilarino, de l´Institut du Végétal Arvalis(1). « Cela évite de rajouter de la lysine de synthèse. »
Surveiller le taux de protéines et la viscosité
Le triticale possède une teneur en phosphore proche de celle d´un blé, par contre son activité phytasique (capacité à rendre le phosphore disponible) est supérieure (respectivement 1330 UI contre 780 UI par kilo de matière sèche). Le triticale présente donc une source de disponibilité en phosphore plus élevée que le blé. « L´intérêt sur les rejets dans l´environnement n´est pas négligeable, note Maria Vilarino. L´utilisation de triticale est particulièrement intéressante pour des formules de type farine car, ne subissant pas de traitement thermique élevé, l´activité phytasique de la céréale est mieux conservée. » La valeur énergétique moyenne du triticale a toujours été considérée comme intermédiaire entre le blé et le seigle. Mais les résultats récents montrent des valeurs plutôt similaires au blé.
D´autres critères nutritionnels du triticale sont à surveiller. La viscosité parfois élevée de cette céréale peut réduire l´énergie disponible (une caractéristique plus préjudiciable en volailles). « Certaines variétés de triticale ont une viscosité aussi basse que celle d´un blé. Le choix de la variété doit donc être adapté au débouché. »

Malgré un bon profil en acides aminés, la teneur en protéine d´un triticale est plus faible que celle d´un blé (11 % sur sec en moyenne), « à cause des moindres apports azotés effectués pendant la culture » note Maria Vilarino. « Avec un prix d´achat moyen plus bas que celui d´un blé (de 3 % en moyenne), le triticale reste compétitif pour les fabricants d´aliment du bétail, surtout lorsque l´usine est proche d´une zone de production, estime Arvalis. Son principal handicap reste son faible niveau de collecte. »
Pour incorporer cette céréale dans leur formule, lui attribuer un silo spécifique avec toute la logistique que cela implique, il est important que cette céréale soit suffisamment disponible. L´augmentation de l´utilisation de cette céréale par les fabricants d´aliment composé dépendra également de l´amélioration de son homogénéité et d´une augmentation du taux de protéines moyen.
Selon Arvalis, les taux d´incorporation dans les formules peuvent être aussi élevés que le blé ou le maïs. « Cependant, note l´institut, des niveaux d´incorporation supérieurs à 50 % chez la poule pondeuse pourraient réduire les performances de ponte. »
Le triticale, principalement autoconsommé, présente plusieurs atouts nutritionnels et notamment sa forte teneur en lysine. ©C. Gloria

Incorporation dans l´aliment : les facteurs limitants
Réponses des professionnels de l´aliment, interrogés lors de la session Aftaa, à la question : « Quels sont, selon vous, les éléments qui limitent le plus l´incorporation du triticale dans l´aliment composé ? (deux réponses possibles) »
 28,3 % : sa disponibilité (réduite et temporaire).
 27,4 % : le risque de mycotoxines.
 20,8 % : son prix.
 9,4 % : la variabilité de sa composition chimique.
 8,5 % : la méconnaissance de son intérêt zootechnique.
 3,8 % : sa qualité nutritionnelle.
 1,9 % : son stockage (difficile).

Les plus et moins
Deux atouts du triticale :
 apport en lysine
 apport en phosphore
Deux critères à surveiller :
 teneur en protéines
 viscosité

(1) Lors de la session Aftaa du 15 décembre 2004 sur les marchés des matières premières.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui