Réussir Aviculture 28 septembre 2006 à 11h32 | Par Propos recueillis par Pascal Le Douarin

Accouvage - « L´accouvage familial a encore de l´avenir » affirme Jean-Claude Amice, président des accouveurs

Jean-Claude Amice vient de prendre la tête du Syndicat national des accouveurs (SNA). PDG du groupe familial d´accouvage Amice-Soquet, il entend défendre les intérêts de ce maillon, en prise directe avec la réalité du terrain qu´il pratique chaque jour.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le changement de président du SNA signifie-t-il un changement de fonctionnement et de politique ?
Jean-Claude Amice - « Mon élection ne signifie pas la révolution. Je suis pour la transparence et la franchise, avec chacun à sa place pour défendre fermement son rôle. Je vais poursuivre les bonnes relations établies par mes prédécesseurs - Jean Perret et feu André Cuisset - avec les autres maillons de la filière avicole, le syndicalisme (CFA, FNSEA), les pouvoirs publics. J´ai l´intention de déléguer, notamment aux membres du bureau et aux présidents de commissions, des représentations du SNA dans les instances professionnelles.
Sans salarié à sa charge directe, le SNA a néanmoins un bureau qui a été transféré de Lyon à Rennes, à la Chambre régionale de l´agriculture. Le secrétariat est assuré en partie avec l´Itavi (désormais Catherine Segré) en relation avec Odile Vilbou (du groupe Amice Soquet). Les actions juridiques et techniques, contractualisées avec la CFA et l´Itavi, sont poursuivies, ainsi que le travail de conseil sanitaire mené bénévolement par le docteur vétérinaire Eugène Goater, en relation avec ses confrères impliqués dans la sélection et l´accouvage. Enfin il me semble, comme à d´autres membres du syndicat, qu´il faudra réfléchir au recrutement d´un délégué général permanent afin de donner plus de poids au SNA. »
Que pensez-vous du projet d´interprofession avicole générale ?
J.-C. A. - « Le SNA souhaite une interprofession dans laquelle l´accouvage soit reconnu comme un collège à part entière. Notre participation prévue est de 17 %, alors que le poussin pèse 5 % du coût de revient du produit final. Le SNA veut bien participer, mais à un moindre niveau. Il a aussi toujours refusé d´être le percepteur de taxes auprès des aviculteurs. Indicateurs des volumes oui, percepteurs des taxes non. Pourquoi ne pas retenir ce qui fonctionne déjà bien dans d´autres interprofessions (Cidef, CIP, CNPO) ? »
Vous faites partie des plus anciens accouveurs français. Comment voyez-vous évoluer ce métier ?
J.-C. A. - « Le métier de l´accouvage est désormais unanimement reconnu pour son sérieux, son haut niveau sanitaire et sa complexité technique. Accouveur depuis plus de 40 ans, J´ai connu l´accouvage familial, puis le développement à la fin des années 70 des couvoirs intégrés par les abattoirs ou des coopératives, surtout dans le poulet de chair et la dinde. Désormais, la tendance s´inverse. Les groupes d´abattage se désengagent pour investir à l´aval. J´observe le retour d´un accouvage et d´une sélection détenus et dirigés par des entreprises familiales qui ne sont pas des « mercenaires du capital ». Comme dit le dicton : « A chacun son métier et les vaches seront bien gardées ». Accouveur indépendant, je me réjouis du maintien des structures familiales, fussent-elles de taille importantes. Nous connaîtrons sans doute d´intenses mouvements ces prochaines années. Je crois en des alliances entre différents opérateurs des maillons de la filière. »
L´accouvage est en 1ère ligne pour régler les multiples dossiers sanitaires actuels. Où en est-on ?
J.-C. A. - « Comme dit Eugène Goater, les présidents changent mais les problèmes sanitaires restent ! Le SNA joue un rôle d´animateur sanitaire dans la filière, aussi bien aux plans transversal que vertical. Nous avons hélas de nombreux fers au feu, à commencer par le déblocage des échanges internationaux en relation avec le statut indemne en matière d´Influenza et de Newcastle. C´est par la démarche de zonage et de compartimentation que la France a une chance de sortir d´un éventuel embargo. Celle-ci est engagée au niveau de la sélection Gallus avec le projet de l´étendre à la multiplication de toutes les espèces. Le SNA joue un rôle majeur avec les autorités françaises, mais c´est aussi à nos adhérents d´agir sur leurs clients étrangers pour qu´ils incitent leurs propres autorités à reconnaître le système français.
Au 1er janvier 2007, le programme de suivi et de contrôle des salmonelles est étendu à cinq salmonelles au lieu de deux. Quel programme de contrôle des cheptels et des couvoirs ? quelle périodicité ? Où prélever ? Cela reste à finaliser avec la DGAL.
Avec l´administration, nous travaillons aussi sur une charte sanitaire officielle qui s´appliquera aux couvoirs et aux reproducteurs. Elle officialisera la charte interne au SNA déjà reconnue par les clients. Nous rédigeons aussi un guide de bonnes pratiques de l´accouvage à la demande des pouvoirs publics.
D´autres dossiers plus spécifiques et réalisés en partenariat sont en cours (alternatives au formol, co-compostage des déchets de couvoirs, équarrissage). Enfin nous discutons, en collaboration avec le syndicat des vétérinaires conseils, sur la reconnaissance des techniciens d´élevage comme collaborateurs sanitaires. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui