Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Trouver l'épampreuse adaptée à vos besoins

Le marché des épampreuses regorge de solutions techniques toutes plus diverses. Entre fils et lanières, le choix se fait sur le type de travail souhaité.

Les constructeurs rivalisent de solutions pour mécaniser cette opération. Deux méthodes existent sur le marché pour éliminer les pampres : chimiquement ou mécaniquement.

La destruction chimique constitue aujourd’hui une méthode simple et peu coûteuse. Elle est réalisée par buses confinées dans des tunnels, eux-mêmes montés sur des portiques généralement pendulaires pour bien suivre les vignes. Cette solution se montre peu coûteuse à l’achat (3 500 à 4 500 euros pour un mât simple), mais aussi peu coûteuse en matière active. Et les débits de chantier sont sans commune mesure avec les épampreuses mécaniques (autour de 6 km/h contre 2-3 km/h sur les épampreuses mécaniques).

Il reste que la pression sociétale dissuade de l’usage de cette méthode. Qui plus est, l’autorisation des matières actives à cet usage peut être remise en question du jour au lendemain. « Le coût modéré peut néanmoins justifier de prendre le risque d’investir dans des épampreuses chimiques", explique Gaëtan Marty des sociétés Dhugues et Ferrand viticulture, qui insiste sur l’intérêt d’acheter un matériel homologué par le ministère de l’Agriculture.

Point négatif de l’épamprage chimique : le taux de repousse qui peut multiplier le nombre de passages.

L’épampreuse à fils peut désherber et débroussailler 

La méthode alternative consiste à arracher mécaniquement ces pampres avec des éléments rotatifs à lanières ou à fils.

Les épampreuses à fils sont montées autour d’un rotor à axe horizontal animé hydrauliquement.

Elles peuvent réaliser en même temps un travail de débroussaillage sur le rang, si la végétation a gagné un peu. En revanche, elles sont plus soumises à l’usure notamment si elles sont proches du sol et si ce dernier est caillouteux. Plus les fils seront gros et durs, plus ils auront une durée de vie importante. « Selon que l’on ait un épamprage agressif ou non, un enherbement important et/ou ligneux, un sol pierreux ou pas, un jeu de fils pourra durer 4 à 40 hectares", confie Guillaume Corbin de Solemat.

Braun et Orizzonti (importé par Solemat) proposent des épampreuses à axe de rotation horizontal à lanières. « Celles-ci sont beaucoup plus résistantes à l’usure. Ces épampreuses supportent mal un enherbement trop foisonnant. L’herbe aura tendance à s’enrouler autour », explique Guillaume Corbin. « Cependant, il suffit d’inverser le sens de rotation pour débourrer », rassure Lilian Lespinasse de Braun.

L’épampreuse à lanières plus spécifique

La majorité des épampreuses à lanières demeurent à axe vertical. Ce choix évite aux lanières de trop frotter contre le sol, pour un travail exclusivement d’épamprage. L’enlèvement des gourmands sera sensiblement aussi efficace que les modèles à fils.

Ces appareils sont conçus pour réaliser exclusivement un travail d’épamprage. Selon les configurations de vigne, ils peuvent évoluer à des vitesses de 1 à 2,5 km/h. Plusieurs constructeurs proposent un moteur hydraulique décalé, afin de pouvoir intervenir sous le volume foliaire ou dans des vieilles vignes. D’autres encore peuvent faire varier la hauteur de travail, par l’ajout de modules, comme Ferrand, ou par un mécanisme de coulissement permettant de travailler une hauteur ou seulement la moitié de cette hauteur avec le même jeu de lanières, à l’image de Terral. Dans le cas où seule la moitié de la hauteur est travaillée, le nombre de lanières est double : l’opérateur pourra avancer un peu plus vite ou réduire la vitesse de rotation des éléments.

Egretier se distingue avec un système de boucles en lieu et place des lanières, dans le but de sectionner plus que de brosser, tout en ayant une vitesse de rotation faible.

Des équipements additionnels pour plus de longévité

Parmi les machines particulières du marché, on retient également les machines à quatre rotors au lieu de deux. Terral en propose une combinant deux rotors à axe vertical à deux autres à axe horizontal : au tarif, elle est annoncée 1 000 euros au-dessus du modèle double rotor. Offrant des vitesses de travail de 3 à 4 km/h, les modèles de Ferrand emploient quatre rotors à axe vertical, les deux premiers tournant en sens inverse des deux suivants. Les essais réalisés par l’IFV en 2011 en ont démontré l’efficacité. Une efficacité qui a un coût (jusqu’à 20 000 euros pour un modèle équipé du suivi de sol et du mât polyvalent) qui se justifie dans les gros domaines ou dans les entreprises de travaux viticoles.

Comme pour les modèles à fil, les lanières montrent une grande variabilité quant à la durée de vie des pièces d’usure, qui s’explique par le contexte de travail. C’est la raison pour laquelle certains constructeurs proposent plusieurs qualités de lanières, certains employant les mêmes matières que les bandes transporteuses utilisées en carrière.

La longévité des lanières ou des fils dépendra également de certains équipements. Ainsi, la présence de patins évite de « piocher » dans le sol. Terral équipe de série ses épampreuses d’un montage sur parallélogramme combiné à un ressort, qui escamote et relève les rotors en cas d’obstacle. Un système de suivi de sol automatique perfectionne encore la position des pièces travaillantes.

Parmi les autres équipements optionnels, on peut ajouter le pilotage différencié de la hauteur des rotors de chaque côté du rang, pour évoluer dans les vignes en dévers, ou encore les lève-fil, pour limiter les risques d’accroche de fil du palissage.

Infaco : l’épampreuse électroportative

Montée sur l’outil électroportatif multifonction Powercoup PW2, la tête épampreuse EP1700 se compose de masselottes métalliques tournant en bout d’une perche réglable de 1,20 à 2 mètres. Cette épampreuse se veut être une alternative à l’épamprage manuel, évitant d’avoir à se baisser 4 000 à 5 000 fois dans une journée. Infaco annonce également un débit de chantier 30 % supérieur à la méthode manuelle. Alimentée par les batteries Infaco (3 heures à une journée d’autonomie selon la batterie), cette épampreuse propose 10 vitesses de rotation (320 à 1 900 tr/min).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Des blancs sans soufre et sans défauts
L’oxydation est le défaut le plus courant parmi les vins blancs sans soufre, c’est-à-dire qui contiennent moins de 10 mg/l de SO…
Vignette
Intégrer les principes de la permaculture en vigne
Certains vignerons cherchent à appliquer les techniques de permaculture dans un contexte de production viticole. Rencontre avec…
Vignette
Le sucre testé pour lutter contre les maladies de la vigne
Le fructose et le saccharose activent des gènes de défense de la vigne. Mais l’emploi de microdoses de sucre pour lutter contre…
Vignette
Comment gérer la première année d’application de la nouvelle réglementation cuivre
La nouvelle réglementation sur l’utilisation du cuivre en agriculture est applicable depuis le 1er janvier 2019. Tous les…
Vignette
Le SSV Polaris Ranger XP 1000 EPS à l'essai
L'équipe de Réussir Machinisme a testé le Ranger XP 1000 EPS de la marque Polaris en pentes et sur route. Voici leurs impressions.
Vignette
« Le e-commerce de vin entame un cycle de croissance plus lent »
L’institut Xerfi vient de publier une étude sur « le e-commerce de vin à l’horizon 2022 ». Alexandre Masure, directeur d’études…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole