Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Œnologue-conseil, un métier en mutation

Le développement de la vinification biologique, l’absence de résidu ou encore l’adaptation au marché sont autant de sujets qui ont amené le métier d’œnologue conseil à changer. Trois d’entre eux nous expliquent ces évolutions.

 

" Notre rôle est devenu très transversal "

« J’exerce ce métier depuis plus de quinze ans, et me suis associé en 2012 pour créer mon laboratoire. Nous conseillons aujourd’hui des domaines en Gironde, en Charentes, dans le Gers ou en Chine, et notre approche est beaucoup basée sur les marchés. Le temps du consultant donneur d’ordre est révolu, nous sommes plutôt devenus des « coachs œnologiques ». La viticulture bordelaise passe d’une situation de confiance à une situation de remise en cause, avec un raisonnement économique. Les propriétés ont du personnel qualifié, des outils performants et ont pris conscience qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Par conséquent, elles ont augmenté les budgets destinés aux analyses. Leurs attentes envers nous sont diverses : fiabilité, répétabilité et surtout rapidité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole