Réussir vigne 03 décembre 2003 à 17h48 | Par Steven Le Quellenec

Viticulture - Les pleurs sont une source de contamination potentielle par la nécrose bactérienne

Des travaux menés par l´Inra d´Angers montrent que les pleurs joueraient un rôle important dans la prolifération de la nécrose bactérienne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Outre le nettoyage des outils de taille et autres mesures prophylactiques courantes pour lutter contre la nécrose bactérienne, une taille précoce et l´attachage des lattes immédiatement après la taille sont préconisés afin d´éviter les risques d´écoulement des pleurs, source de contamination potentielle. « Certains essais ont notamment montré que les symptômes de la contamination n´apparaissent que lors de pulvérisations ou de contacts directs de bactéries sur les feuilles ou sur des sections de tiges », explique Claudie Roulland du BNIC (Bureau National Interprofessionnel du Cognac). « Les pleurs pouvant avoir au printemps une concentration très élevée en bactéries infectieuses, le cep peut ainsi être contaminé par un simple écoulement de sève depuis les pleurs sur les jeunes bourgeons ou sur de jeunes pousses. » Elle souligne toutefois que « des traitements printaniers à base de cuivre et de dithiocarbamates doivent obligatoirement accompagner ces mesures préventives ». Leur effet antiseptique sur les bactéries présentes sur les organes extérieurs de la plante constitue un facteur déterminant dans la lutte contre la nécrose.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui