Réussir vigne 17 février 2003 à 11h56 | Par Claudine Galbrun

Viticulture - La prophylaxie est la première méthode de lutte contre le botrytis

Les conditions climatiques de 2002 ont favorisé le développement du botrytis. Principal enseignement à en tirer pour 2003 : la prophylaxie demeure la première méthode de lutte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« La campagne 2002 a mis le botrytis en vedette. Une progression significative de la maladie a été enregistrée dans la plupart des vignobles début septembre », indique Benoît Herlemont de la Protection des Végétaux qui, à l´occasion de Mondiaviti, a dressé un bilan phytosanitaire de l´année 2002. Des périodes de fortes chaleurs entrecoupées d´épisodes orageux ont favorisé son développement. Si l´intensité de la maladie doit être nuancée selon les vignobles (ceux du Sud-Est ayant été les plus touchés), la situation n´est réellement inquiétante que dans les « parcelles mal conduites », estime Benoît Herlemont. « Avant d´envisager une protection spécifique avec des fongicides, il est indispensable d´appliquer des mesures prophylactiques adaptées. » Cela passe par une maîtrise de la vigueur des vignes en limitant les apports azotés et en évitant l´entassement du feuillage. Une maîtrise du potentiel de production est aussi indispensable, là aussi en évitant l´entassement des grappes. Le contrôle des populations de vers de la grappe dont les perforations de baies constituent autant de portes d´entrée pour le champignon doit être effectué.

Fongicides : une méthode complémentaire
Une surveillance de l´oïdium est également nécessaire. Un effeuillage modéré réalisé au stade fermeture de la grappe favorisera l´aération des grappes tout en veillant à limiter les blessures des baies tant au niveau de l´effeuillage que du rognage. « Se limiter à l´emploi seul de fongicides contre le botrytis peut être décevant si ces conditions ne sont pas réunies. La prophylaxie est la première méthode de lutte. Elle peut même suffire dans les parcelles peu sensibles pour assurer une bonne maîtrise du botrytis. » Les fongicides spécifiques peuvent intervenir en complément dans les vignes les plus exposées. Dans le cadre d´une protection raisonnée, la stratégie à deux interventions (la première à la floraison ou à la fermeture de la grappe, la deuxième à la véraison) semble la plus intéressante. L´utilisation d´un seul produit d´une même famille chimique par an devrait permettre d´éviter tout phénomène de résistance. Sachant même que le nombre de familles chimiques différentes autorise une alternance d´une année sur l´autre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui