Réussir vigne 21 janvier 2002 à 10h56 | Par Claudine Galbrun

Viticulture - La fin du désherbage chimique intégral ?

L´enherbement gagne du terrain. Les herbicides de prélevée sont remis en cause. Les pouvoirs publics prennent position. Serait-ce la fin du désherbage chimique intégral ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Avec la montée en puissance de la production intégrée, l´interdiction des triazines, va-t-on voir un jour prochain la totalité du vignoble français enherbé ? « C´est une vision très pessimiste. Si l´on arrivait à cette extrémité, cela signifierait qu´il y aurait une pression très forte, environnementale ou politique », estime Éric Chantelot, de l´ITV de Nîmes. Une analyse que partage Jean-Pierre Gaudillère, de l´Inra de Bordeaux. Avec quelques nuances : « L´enherbement des vignes procure de nombreux avantages que ce soit pour maîtriser la vigueur de la vigne, lutter contre l´érosion, améliorer le sol et respecter l´environnement mais parfois également, l´enherbement peut déboucher sur un bilan négatif lorsque la concurrence entre vigne et herbe est trop vive. »
Toute la France viticole enherbée ? Toute ? Non !
« Ce n´est peut-être pas la fin du désherbage chimique mais c´est la tendance. On va sans doute aller vers une limite maximale d´utilisation des herbicides. Désormais, la présence d´herbicides dans les eaux est surveillée. Tant qu´on ne communique pas trop fort sur l´image, la qualité, une viticulture respectueuse de l´environnement comme cela est le cas, par exemple pour les vins de pays, il n´y aura pas trop de problème. Par contre, s´il s´agit de crus plus prestigieux ou de vignobles jouant cette carte, il est presque certain qu´il y aura une demande très forte pour prendre des options opposables à des consommateurs. » Une question qui se pose d´autant plus que certains produits se retrouvent aujourd´hui sur la sellette, voire sont interdits. « Même si ces décisions sont d´ordre plus politique que technique », estime Éric Chantelot. Des raisons plus prosaïques peuvent aussi empêcher la mise en place de l´enherbement comme un relief trop accentué, des vignes trop étroites ou des caractéristiques pédo-climatiques inadaptées.
Toute la France viticole enherbée, toute ? La réponse est donc non. « Même si plus de surfaces pourraient l´être », indique Éric Chantelot. « Mais on devient frileux dès qu´apparaissent les premiers symptômes de stress hydrique. » L´obligation faite par certains metteurs en marché de respecter des cahiers des charges devrait également contribuer à augmenter les surfaces enherbées, de même que la signature d´un Contrat territorial d´exploitation (CTE) et l´attrait des subventions. Sur certains coteaux comme en Beaujolais, le renouvellement du vignoble avec des vignes plus larges pourrait aussi entraîner les surfaces enherbées à la hausse, estime Joël Carsoulles, du Comité de développement du Beaujolais (CDB). Une chose est sûre : « On ne peut plus continuer à utiliser les herbicides comme on l´a fait ces trente dernières années. Mais supprimer définitivement le désherbage chimique serait une erreur », souligne Éric Chantelot avant d´ajouter : « D´ailleurs, si celui-ci n´est pas mis en avant dans le référentiel de production intégrée(1), il n´est pas non plus rejeté. Pour autant, il va falloir revoir totalement les approches et les stratégies. »

(1) Voir Réussir Vigne nº 63.
Désherbage chimique le surcoût de l´entretien du sol
Cette nouvelle donne en matière de désherbage chimique ne sera pas sans conséquence sur le coût des pratiques d´entretien du sol. Espèrer trés rapidement des techniques alternatives au désherbage chimique intégral et aussi bon marché, est illusoire, estime Eric Chantelot. Et en attendant, la compétitivité économique des exploitations pourrait en souffrir. Eric Chantelot pose la question : « Qui va supporter ce surcoût et ses conséquences ? » Et d´ajouter : « J´ai bien peur de connaître la réponse. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui