Réussir vigne 02 juin 2004 à 16h02 | Par Claudine Galbrun

Viticulture - L´épamprage chimique bas volume validé par l´ITV

L´épamprage chimique à volume réduit donne des résultats équivalents à une pulvérisation classique, selon les essais menés par l´ITV, tout en utilisant jusqu´à vingt fois moins d´eau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´ITV teste depuis 2001 une épampreuse chimique de type Enviromist 500, équipée de buses de pulvérisation centrifuge. Ce qui est une première en matière d´épamprage. « Ce type de pulvérisation, qui permet de travailler à des volumes hectare beaucoup plus faibles que tous les autres types de pulvérisation, existe depuis plus de cinquante ans. Mais il n´a jamais réellement débouché, sauf en traitement aérien, car la personne qui la met en oeuvre doit être consciente des risques pris en travaillant à bas volume de bouillie tout en conservant la même dose de produit phytosanitaire », explique Claude Vernet de l´ITV.

« La moindre erreur de concentration peut avoir des conséquences très graves ». La pulvérisation centrifuge consiste à mettre en mouvement un disque qui tourne à très grande vitesse sur lequel est injecté le liquide à pulvériser. Celui-ci sera alors projeté par la force centrifuge, la vitesse de rotation du disque régulant la taille des gouttelettes. A noter qu´un disque à diffusion sectoriel a été utilisé afin de régler l´angle de sortie du produit. L´essai a consisté à comparer l´efficacité de l´épampreuse Enviromist 500 à une machine classique à pulvérisation à pression et à jet projeté. A noter que dans le cas de l´épamprage, est utilisée la notion de volume (eau + produit phytosanitaire) au kilomètre et ce quel que soit le nombre de pieds par hectare ainsi que la notion de dose/km soit la quantité de produit à appliquer sur un kilomètre. Les produits utilisés sont le Basta F1 et le gramoxone. Les applications on été effectuées à 50 l/km de bouillie pour l´épampreuse classique et à 3,7 l/km pour l´Enviromist 500. Différentes doses ont été appliquées à différents stades jusqu´à 0,4 l/km qui semble constituer une limite basse pour le Basta.

Pour Claude Vernet, le résultat est net : « l´épamprage chimique bas volume donne des résultats équivalents à ceux obtenus avec une pulvérisation classique en utilisant jusqu´à vingt fois moins d´eau. Dans des vignes plantées à 2,5 mètres entre rangs, ce qui représente 4000 mètres pour parcourir un hectare, la quantité d´eau à apporter à l´ha est d´environ 15 litres alors qu´elle est de 200 litres pour l´épampreuse classique à pression et à jet projeté. Le pourcentage de pampres détruits a été de 98 % avec la pulvérisation centrifuge et de 97,6 % avec une épampreuse classique ». L´essai a également mis en évidence une plus grande rapidité d´action du Basta, appliqué à bas volume de bouillie hectare. Un effet du, en grande partie, à la haute concentration de la bouillie. Par contre, en ce qui concerne le Gramoxone, sa haute viscosité limite son utilisation à haute concentration dans le cas d´une pulvérisation centrifuge.
A également été testé en 2003 le Spotlight, produit défanant qui vient d´être homologué et qui, selon Claude Vernet, donne des résultats similaires au gramoxone et tout à fait satisfaisants.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui