Réussir vigne 07 août 2002 à 17h56 | Par Julien Huchette

Viticulture - En Languedoc-Roussillon, la garrigue transmet ses odeurs au vin

Certaines plantes aromatiques auraient une influence sur l´arôme des vins. D´où l´intérêt de privilégier de petites parcelles « engarriguées ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour se protéger de l´excès d´évapotranspiration, les plantes sécrètent des molécules odorantes. Le halo de gaz formé détourne par réfraction les rayons du soleil qui ne peuvent alors atteindre perpendiculairement la surface des feuilles éclairées. Ce qui explique que les plantes odorantes se retrouvent plus particulièrement en région méditerranéenne. « Ces molécules odorantes sont solubles dans les lipides. Comme la pruine en est riche, elles ont la capacité de s´y fixer », explique William Trambouze, technicien viticole chargé d´expérimentation à la Chambre d´agriculture de l´Hérault. « Nous avons, aujourd´hui, une forte présomption sur la capacité de certaines espèces à transmettre leurs odeurs aux vins. » Parmi les essences couramment rencontrées, le ciste de Montpellier, le thym, le basilic, le romarin, le serpolet et le cade (ou genévrier oxyèdre) sont les plus odoriférants. « Les espèces les plus intéressantes sont celles qui exhalent leurs odeurs au plus près de la vendange », explique Jean Pierre Argillier, responsable du Service viticulture à la Chambre d´agriculture de l´Hérault.

Des essais ont porté sur le cépage grenache
Le ciste de Montpellier en est certainement l´exemple type « car il exhale des odeurs très fortes durant les grandes chaleurs, au mois d´août notamment, en pleine maturité du raisin ». Moins odorants, on peut également citer la filaire à feuilles étroites, le laurier, l´olivier, le figuier ou la menthe à feuilles rondes. « Pour confirmer ces suppositions, nous avons fait plusieurs essais. En 2000 avec des micro-vinifications et en 2001, à plus grande échelle, à la cave coopérative de Cabrières dans l´Hérault », explique William Trambouze. Les essais ont porté sur le cépage grenache car il n´est pas très typé aromatiquement. De plus, il est régulièrement présent sur les parcelles `engarriguées´ (parcelles entourées de garrigue par au moins trois côtés et souvent jugées difficiles, maigres) ». Les résultats ont été relativement probants, notamment pour l´année 2000.

Zonage environnemental
Les essais de 2001 n´ont pas été aussi concluants bien que Bernard Dross, directeur de la cave coopérative de Cabrières estime que d´une façon générale « les vins issus de parcelles `engarriguées´ sont d´une structure plus légère avec des notes aromatiques plus prononcées ». Aussi, la cave compte poursuivre ce zonage environnemental, en partie mis en place. Déjà, la cuvée « Variation Terroir », issue de ces sélections 2001, sera prochainement commercialisée. « Le zonage environnemental est également un nouveau support de communication car si l´on peut imiter beaucoup de choses, la garrigue, elle, ne s´imite pas. »
©J.-P. Argillier - Les Contes de la Vigne

Légende - Les projets de défriche, au lieu d´avoir pour but la substitution de grandes parcelles de vigne à des espaces de garrigue, devront rechercher les possibilités d´installation de petites parcelles de vigne engarriguées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui