Réussir vigne 02 août 2002 à 09h59 | Par Claudine Galbrun

Viticulture - En Champagne, la viticulture raisonnée prouve ses performances

Depuis 1990, un essai comparatif est mené en Champagne, entre une conduite traditionnelle du vignoble et l´application d´une viticulture raisonnée. Le résultat est sans appel : vive la conduite raisonnée !

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Cet essai mené dans le cadre d´un programme de recherche dit Viti 2000, a pour objectif d´évaluer à long terme les pratiques viticoles sur le comportement de la vigne, la vie biologique des sols et leurs conséquences économiques. « Nous avons ainsi comparé une viticulture traditionnelle, d´assurance, à une viticulture raisonnée, avec notamment l´utilisation de modèles de prévision des maladies », explique Anne-France Dolédec, du CIVC (Comité interprofessionnel des vins de Champagne). Dans le premier cas, les interventions sont systématiques. Dans le second cas, elles sont raisonnées. Les traitements phytosanitaires ne sont effectués qu´à partir de certains seuils. A l´emploi d´herbicides de prélevée, a été substituée la mise en place d´un enherbement naturel maîtrisé. La fertilisation est appliquée après analyses de sol et utilisation d´un logiciel d´interprétation adapté aux sols champenois.

Réduction moyenne de 40 % du nombre annuel de traitements
Ainsi, à niveau de protection équivalent, la conduite raisonnée a permis une réduction moyenne de 40 % du nombre annuel de traitements phytosanitaires (-33 % pour les fongicides,
-87 % pour les insecticides classiques et -90 % pour les acaricides). Le volume total des phytosanitaires pulvérisés sur la vigne a été diminué de moitié avec une baisse particulièrement marquée pour le cuivre (-89 %). Le respect des règles de la viticulture raisonnée a également entraîné une réduction très importante (-77 %) de l´usage des produits les plus dangereux. En ce qui concerne la biologie des sols, la biomasse microbienne est plus importante en conduite raisonnée (+15 %).
©Source : CIVC

Une baisse de 37 %des coûts de production
Le nombre de lombrics par mètre carré est aussi plus élevé en viticulture raisonnée (+20 %). « Par ailleurs, on constate une évolution favorable de ce paramètre dans les deux modalités. Le nombre de vers a été multiplié par trois en dix ans dans les deux cas. Ce qui prouverait que les pratiques actuelles, même en conduite traditionnelle, sont plus respectueuses de l´environnement que par le passé », estime Anne-France Dolédec. Quant aux effets sur la vigne, les contrôles réalisés ne font pas apparaître de différences notables. En matière de coût, la conduite raisonnée a entraîné une baisse de 37 % des charges liées à la protection du vignoble. « Autant d´éléments qui montrent que la viticulture raisonnée est compatible avec une récolte satisfaisante en quantité et en qualité. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui