Réussir vigne 17 janvier 2005 à 16h40 | Par Marion Ivaldi

Viticulture - En Champagne, dix mesures en faveur de l´environnement

La viticulture champenoise s´est engagée auprès de la région à mettre en place un dispositif de réduction de l´impact de ses activités sur l´environnement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Aménagement des postes de remplissage des produits phytosanitaires, gestion spécifique des déchets environnementaux, interdiction de certains matériels de pulvérisation. la viticulture champenoise a des projets pour réduire les pollutions de l´eau et de l´air engendrées par ses activités.
Au cours de l´assemblée générale de l´Association viticole champenoise (AVC) qui s´est tenue le 26 novembre à Epernay, les co-présidents de l´Interprofession Patrick Le Brun et Yves Bénard, représentant respectivement la production et le négoce, ont annoncé dix mesures en faveur de l´environnement. Celles-ci sont issues du référenciel de la viticulture raisonnée comportant 130 points. « La pollution des eaux par les phytosanitaires rendait nécessaires une accélération de l´application de certaines pratiques, ces dix mesures doivent s´appliquer tout de suite par un maximum de viticulteurs et en particulier dans les endroits où l´on rencontre des problèmes de captage des eaux », commente Dominique Moncomble, directeur de l´AVC.
Utilisation des phytos en baisse
La viticulture champenoise est déjà impliquée dans la réduction de son impact sur l´environnement. Depuis 1992, l´utilisation des produits phytosanitaires a baissé de 45 % et environ un quart des vignerons champenois appliquent le référentiel de la viticulture raisonnée. « Le développement de la viticulture raisonnée y est sans doute pour quelque chose », a commenté Arnaud Descotes, responsable environnement de l´interprofession.
Les viticulteurs restent peu sensibles à la gestion des déchets. Une enquête réalisée en juin 2004 montre ainsi que 66 % ne se sentent pas responsables de leur élimination. Ils reconnaissent néanmoins à 78 % que l´élimination des déchets n´est pas effectuée correctement et 73 % croient en la possibilité d´améliorer les choses.
En conclusion Jacky Broggini, président de l´AVC, a insisté sur l´importance de proposer des produits exempts de résidus et dont le mode de production est respectueux de l´environnement. C´est par cette voie et en privilégiant la responsabilité du vigneron, que la viticulture champenoise « pourra durer dans le succès » a-t-il conclu.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui