Réussir vigne 31 mai 2004 à 18h13 | Par Steven Le Quellenec

Viticulture - Des bactéries pour limiter la lutte chimique contre le botrytis

Une lutte chimique à dose réduite combinée à des bactéries anti-botrytis, pourrait constituer une nouvelle voie de lutte contre le champignon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Des chercheurs du Laboratoire d´Eco-Toxicologie de l´Université de Reims (Patricia Trotel-Aziz et Aziz Aziz) ont mis en évidence un rôle anti-botrytis chez certaines bactéries champenoises. Prélevées dans le sol rhizosphérique et dans les vignes elles-mêmes, ces bactéries sont capables d´agir directement sur l´agent pathogène par antagonisme et/ou indirectement en stimulant les réactions de défense de la vigne (éliciteurs). En 2002, lors de la première campagne expérimentale au vignoble, les traitements par pulvérisation sur feuilles ou par application au niveau des plaies de taille se sont révélés plus efficaces qu´une application des bactéries au sol, avec environ 60 % de grappes protégées. « Nous focalisons désormais nos études sur certaines d´entre elles, indiquent les 2 chercheurs. L´un de nos axes de recherche est la compatibilité de produits phytosanitaires utilisés pour combattre d´autres maladies avec l´activité biologique des bactéries. L´application au sol des bactéries n´est pas forcément à rejeter car la campagne de 2002 était une année test qui nous a permis de comprendre la relation entre la modalité de traitement et le caractère bactéricide de certains produits ».

La campagne de 2003 a été, quant à elle, bien particulière en raison de la canicule. Le suivi des marqueurs de résistance de la vigne a pu continuer mais, en raison de l´absence quasi-intégrale de contamination par le botrytis, l´étude sur l´efficacité des bactéries en terme de protection n´a pu être menée de façon significative. L´année 2004 devra donc compléter les résultats de 2002.

Pas une substitution totale de la lutte chimique
« Un deuxième axe de nos recherches est bien évidemment de comprendre le mode d´action des bactéries stimulatrices des défenses naturelles de la vigne, expliquent les chercheurs. Nous expérimentons également l´efficacité de plusieurs combinaisons de bactéries et continuons d´étudier leur pérennité au sein des vignes. Elles sont à 90 % endophytes et nous les retrouvons dans l´ensemble des organes de la plante mais actuellement nous ne connaissons pas leur taux de multiplication. Nous ne savons donc pas si les plants traités amplifient ou non leurs défenses d´une année sur l´autre ». L´équipe souhaite ainsi faire « les choses dans l´ordre » en étudiant les capacités d´implantation des bactéries au sein des parcelles viticoles tout en contrôlant d´éventuels déséquilibres dans les populations de la microflore des sols.

Le viticulteur champenois chez qui les bactéries ont été initialement prélevées se veut lui aussi prudent : « il est difficile de combiner bactéries et lutte chimique. Il est donc important de ne pas brûler les étapes. Le travail est désormais plus ciblé sur l´élicitation que sur la lutte directe mais je ne crois pas à la substitution totale du chimique, tout du moins à la vue des connaissances actuelles ».
Aziz Aziz confirme : « notre objectif n´est effectivement pas d´exclure totalement la lutte chimique mais plutôt d´arriver à un compromis entre l´élicitation des défenses naturelles et une lutte chimique à dose réduite au strict minimum, aux environs de 10 % des doses actuelles. Cela constituerait déjà un grand progrès pour une viticulture raisonnée et durable ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui