Réussir vigne 28 mars 2003 à 15h41 | Par Julien Huchette

Viticulture - Dans le Languedoc-Roussillon, le carignan toujours en tête mais la syrah progresse

A côté des syrah, cabernet-sauvignon, merlot et grenache noir toujours aussi populaires, les cépages traditionnels comme le carignan retrouvent un peu de notoriété. Le marselan et le caladoc ne créent par contre que peu d´engouement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Au vu des plantations en pépinière, marselan et caladoc ne bénéficient pas d´un grand enthousiasme. De 2001 à 2002, les mises en oeuvre de greffes bouture en pépinière traditionnelle sont passées de 3,2 à 0,8 hectares (-75 %) pour le marselan et de 2,1 à 0,6 hectares (-71 %) pour le caladoc. Ainsi, les plantations 2001 en marselan représentaient 215 hectares. « La qualité du marselan n´est pourtant plus à démontrer. C´est un cépage au potentiel très intéressant mais l´aspect commercial domine et le nom marselan n´est pas connu », explique Laurent Mayoux de l´Onivins Languedoc-Roussillon. Malgré son potentiel qualitatif, le marselan est exclu des AOC et ne fait toujours pas parti (et ne devrait pas l´être à court terme) des cépages autorisés en vins de pays d´Oc.

Pour le caladoc, la problématique est différente. Demandé par la profession pour remplacer le carignan, le caladoc a répondu à l´objectif initial en maintenant une bonne production avec un taux de sucre plus élevé. « Mais le vin qui en est issu a des tanins un peu durs, il a besoin de vieillir. » Entre-temps le marché a évolué et réclame aujourd´hui des vins de consommation rapide. De façon générale, les cépages les plus plantés restent (et resteront vraisemblablement) la syrah, le cabernet-sauvignon, le merlot et le grenache noir. La syrah a détrôné le merlot et devient aujourd´hui le cépage le plus demandé avec l´année dernière 2330 hectares plantés. Face à cette « internationalisation » de l´encépagement, quelques viticulteurs recommencent toutefois à s´intéresser aux cépages traditionnels.
©D. R.

Légende - Dans le Languedoc, en terme de surfaces, le cépage carignan surpasse encore largement le grenache noir, la syrah et le merlot.
Sélectionner les meilleurs clones de carignan
C´est notamment le cas du carignan. Aujourd´hui, beaucoup de viticulteurs y réfléchissent à deux fois avant d´arracher un vieux carignan de coteaux. « Ce peut être un bon cépage lorsqu´il est bien implanté et bien exposé, lorsque son degré minimum est de 13,5 », indique André Gouzon de l´Onivins de Montpellier. Cépage primé en appellation fitou, cotes du roussillon et cotes du roussillon villages, le carignan est en passe de le devenir pour l´appellation corbières. Des essais ont même lieu à la cave du Mont Tauch pour sélectionner les meilleurs clones suivant les conditions de parcelle. Pour certains, l´aramon serait lui aussi, dans certaines conditions, qualitatif. Et ne devrait sa mauvaise réputation qu´à son inadaptation au terroir. « Planté en coteaux, il donne de bonnes cuvées », estime Laurent Mayoux. Pour d´autres cependant, l´aramon reste un cépage peu intéressant. « Il ne donne pas de vins agréables qui correspondent au goût actuel. De toute façon, en coteaux, mieux vaut une syrah qu´un aramon », estime André Gouzon.

L´alicante Bouschet fait lui aussi parti des cépages controversés. Pour Laurent Mayoux, il n´est pas à rejeter en bloc. « L´alicante Bouschet peut donner de bonnes cuvées et permet d´améliorer les vins les mauvaises années ». En années difficiles, il peut en effet se vendre très cher... « Le tout est de savoir si l´on veut faire un vin médecin qui serve de matière première pour d´autres ou si on veut un produit que l´on vend sous sa propre bannière », affirme André Gouzon. Autre cépage méditerranéen qui reprend de la couleur : le mourvèdre. « Il a été décrié mais maintenant il s´en replante. Il y a eu des erreurs d´adaptation au terroir qui ont nuit à son image. On sait maintenant où le planter : dans les coteaux avec un régime hydrique régulier et modéré », explique Laurent Mayoux. Le tableau ne serait pas complet sans parler du cinsault, qui, avec 19 000 hectares, reste le cinquième cépage le plus important de la région.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,