Réussir vigne 12 janvier 2005 à 11h16 | Par La rédaction de Réussir Vigne

Vins français - L´offre ne convient plus à la demande mondiale

La France, avec ses vins de terroirs, peine à trouver ses marques face à la demande mondiale en vins faciles à boire et à identifier

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Si aujourd´hui vous ne voyez pas ce qui se passe dans le monde vous êtes à côté de la plaque », lançait François Loos, ministre délégué au commerce extérieur devant un parterre de professionnels du vin lors d´un colloque organisé en octobre dernier au Sénat sur le thème « Vin et modes de consommation : nouveaux enjeux, nouvelles opportunités ».
« Le monde nous attend mais nous ne sommes pas organisés pour faire face à la demande mondiale. Il faut maintenant avoir une mentalité de conquérant. » Car après avoir dominé ce monde du vin durant des décennies, la filière française se heurte de plein fouet à la réalité de la mondialisation. Fini le temps du monopole à l´export. Place à la concurrence exacerbée du Nouveau monde et de ses vins que le consommateur « comprend » mieux que l´offre française.
Les faits sont là : il existe une inadéquation criante entre l´offre française et la demande. Et ce, aussi bien à l´export que sur le marché hexagonal.
Réajuster le tir pour coller au marché
De nombreuses études pointent du doigt ce constat : la France propose trop de vins haut de gamme, de vins de terroir ou de vins de qualité inadaptée à l´essentiel de la demande internationale et aux nouveaux consommateurs français. Ceux-ci préfèrent des vins plus fruités, plus ronds, et moins alcoolisés que les vins français et plus facilement identifiés.
Car, en plus, nos critères d´identification sont trop complexes. « Nous avons généralisé la politique d´appellation contrôlée, constate Patrick Aigrain, chargé d´études à l´Onivins. Environ 70 % des vins produits dans l´Union européenne sont des vins à indication géographique de provenance. Alors que la multiplication de ces indications pose des angoisses métaphysiques à une majorité de consommateurs qui ne s´y retrouvent pas. »
Pas question pour autant de remettre en cause le modèle français et l´ensemble de sa production. La diversité des vins de terroir français plaît aux consommateurs avertis.
Bon nombre de producteurs qui ont su se faire apprécier de leur clientèle ne souffrent pas de la crise. Mais il va falloir réajuster le tir ou plutôt une partie des volumes produits pour les faire coller au marché. A la fois sur le marché intérieur, qui même s´il ne craint pas encore la concurrence des vins étrangers, a sérieusement chuté, et sur les marchés export, qui eux ne faiblissent pas, mais sur lesquels la France perd des parts de marché.
Aux dires des metteurs en marché, pour ces volumes, la mutation passe par un positionnement des consommateurs au coeur des stratégies, c´est à dire par une meilleure connaissance de l´évolution de la consommation et des goûts mondiaux, par des techniques de production moins figées, plus évolutives en fonction de la demande et par un marketing et une communication adaptés.
L´idée fait son chemin : le récent sondage BVA commandé par Vinitech 2004 montre clairement que, à la base, les viticulteurs français vont prendre au sérieux les attentes du consommateur.
Le sommaire du dossier Spécial Vinitech de Réussir Vigne. ©P. Bourgault

Pour en savoir plus, voir dossier Spécial Vinitech de Réussir Vigne. (RV de décembre 2004, nº103, 50 pages).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui