Réussir vigne 14 septembre 2009 à 12h23 | Par M. IVALDI

Vin de pays - Changement de nom refusé

Avant de devenir IGP, certains vins de pays ont cherché à changer de noms. Les modifications à la marge ont reçu l’approbation de France Agri Mer, celles d’envergure ont été refusées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les vins de pays du Comté Tolosan et ceux des Bouches du Rhône voulaient changer de peau en adoptant une nouvelle dénomination. S’appuyant sur la réglementation des appellations d’origine, France Agri Mer a refusé.
Les vins de pays du Comté Tolosan et ceux des Bouches du Rhône voulaient changer de peau en adoptant une nouvelle dénomination. S’appuyant sur la réglementation des appellations d’origine, France Agri Mer a refusé. - © S. Randé

Ce qui est sûr, c'est que ni les vins de pays des Bouches du Rhône, ni ceux du Comté Tolosan n'en resteront là. Lors du Comité vin de France Agri Mer de juin, les deux vins de pays ont demandé à changer de dénomination : les vins de pays des Bouches du Rhône ont souhaité devenir Pays Provençal et les vins pays du Comté Tolosan voulaient s'appeler vins de pays du Sud Ouest. La réponse de l'administration est un non catégorique, la modification pouvant avoir des conséquences sur des dénominations dont le nom est protégé. Les autres demandes de changement de dénomination ont été acceptées à l'instar des vins de pays d'OC qui deviennent Pays d'Oc.

Des logiques commerciales

« Les Bouches du Rhône sont le berceau de ce qui fait la Provence, il y a donc bien une légitimité à la dénomination Pays Provençal qui est porteuse sur le plan commercial. Comme nous ne parvenons pas à constituer une grande région Provence, nous avons souhaité nous jeter à l'eau sans pour autant vouloir se substituer aux vins de pays de la Méditerranée. Mais l'utilisation du mot Provence est protégée pour les AOC » regrette Jean-Claude Pellegrin, président des vins de pays des Bouche du Rhône qui tentera de changer de dénomination en 2011, lorsque l'Europe validera les cahiers des charges des IGP. Côté Sud-Ouest, la position est plus nuancée. « Notre idée ne peut être mise en oeuvre, nous allons donc rediscuter » indique Katy Bacquié directrice de la fédération régionale des Vins de pays. Le Bassin Sud Ouest a effet reconnu la nécessité d'un travail sur la segmentation de l'offre. « Notre souhait serait de fédérer l'offre autour de l'IGP Gascogne et d'une IGP régionale dont la production pourrait avoisiner les 300 000 hl».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui