Réussir vigne 11 octobre 2005 à 10h39 | Par Marion Ivadi

Vignes à hauts rendements - La quantité sans toucher à la qualité

Augmenter les rendements pour baisser les coûts de production est une idée évoquée par les professionels. Mais techniquement est-ce possible de produire plus sans toucher à la qualité ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Quantité et qualité sont-elles réellement antinomiques ? Peu d´essais techniques ont été menés pour étudier la qualité des vins issus de vignobles à hauts rendements. D´après Gabriel Ruetsch, responsable du service vignoble de l´Union de Coopératives Foncalieu à Arzens (11), « on peut très bien doubler les rendements pour élaborer des vins répondant à la demande qualitative du coeur de marché. Pour des vins riches et complexes, il est évident qu´il faut conserver des rendements plus faibles pour avoir une concentration optimale ».
Concrètement, Gabriel Ruetsch donne l´exemple des vignes plantées sur un même type de sol et conduites de la même façon à 3 mètres entre rangs et à 2 mètres entre rangs. « Une plantation dont l´inter-rang est de 3 mètres et la distance entre les souches d´un mètre entre souche, soit 3333 pieds/ha, a le même niveau qualitatif qu´une plantation dont l´inter-rang est de 2 mètres et la distance entre les souches d´un mètre, soit 5000 pieds/ha », indique-t-il en soulignant qu´il faut alors mettre en place une viticulture rigoureuse. Le concept, développé « dans le monde entier, insiste-t-il, c´est que la quantité est déterminée par la distance entre rangs et la qualité est déterminée par la distance entre les souches sur le rang. »
Optimiser l´activité photo-synthétique
« En Languedoc-Roussillon, il ne faut pas descendre en dessous d´une distance de deux mètres entre les rangs », précise Gabriel Ruetsch. Car pour préserver la qualité à ce niveau de rendement, il s´agit de bien maîtriser l´ensoleillement des grappes, mais sans surexposer. En Alsace où les rendements des vins d´appellations sont supérieurs de 30 hl/ha à ceux pratiqués sur les autres vignobles AOC, l´espace entre rangs varie entre 1,6 et 1,8 mètre mais la hauteur de palissage atteint les 2 m. « Par ces hauteurs de palissage élevées, l´activité photosynthétique est optimale car la réception solaire est augmentée par une surface foliaire plus importante, ce qui permet de garantir une bonne maturation des raisins », explique Jean-Louis Vézien, directeur de l´interprofession alsacienne. Denis Caboulet de l´ITV de Narbonne ajoute : « il faut augmenter la surface foliaire en fonction du rendement, cependant à des rendements très élevés la logique n´est pas extensible et linéaire, le risque de diluer les arômes augmente ».
La recherche d´un ensoleillement optimal doit également conditionner la répartition des grappes sur le pied. « Il doit y avoir une distribution équilibrée des grappes, et surtout pas d´entassement », insiste Gabriel Ruetsch.
15 tonnes/ha pour le merlot et le sauvignon
Concrètement pour augmenter les rendements, il faut d´abord déterminer un objectif de rendement en fonction du potentiel de la parcelle et l´adapter en fonction du cépage et du porte-greffe. Gabriel Ruetsch donne pour indication 15 t/ha pour le merlot et le sauvignon. Pour la syrah et le chardonnay, « il faut pratiquer des rendements inférieurs ». En Alsace, où les vins d´appellations sont produits avec des rendements de 80 hl/ha en moyenne, l´adaptation des rendements aux cépages est également appliquée. Riesling, sylvaner et pinot blanc sont produits en moyenne à 100 hl/ha.
Compenser le déficit en eau par l´irrigation
Par ailleurs, pour garantir une qualité satisfaisante, l´irrigation devient quasi nécessaire dans les sols où la réserve hydrique est limitée. « Il faut que les feuilles restent vertes tout au long de la maturation des raisins et ce doit être le but de l´irrigation : garantir une souche saine en parfait état de fonctionnement », insiste Gabriel Ruetsch. La fertilisation est également un des points clés, les doses sont augmentées par des rendements plus élevés. « Elle est plus généreuse : entre 30 et 60 unités/ha », indique Olivier Jacquet de la Chambre d´agriculture du Vaucluse. La fertilisation doit cependant ne pas amener trop de vigueur mais permettre un rythme de croissance équilibré. Pour Gabriel Ruetsch, « l´utilisation de la fertigation permet de mettre les quantités de minéraux nécessaires au bon fonctionnement de la vigne et au bon moment ».
Enfin concernant le système de taille, « la taille minimale pourrait augmenter le rendement tout en gagnant en qualité », ajoute Gabriel Ruetsch. L´augmentation du rendement a été observée sur les premières années, puis « la plante atteint un équilibre », ajoute Denis Caboulet qui précise que ce système provoque un vieillissement plus rapide du cep. Les tailles longues, de type guyot, favorisent les rendements.
Bref, s´il semble possible de produire des vins répondant à une qualité de coeur de marché avec des vignes à haut rendement, pour l´instant aucune expérimentation n´est venue valider les faits. Ce type de viticulture est néanmoins pratiqué dans les vignobles du nouveau monde ou, plus proche de nos terroirs, en Allemagne où les rendements atteignent parfois les 200 hl/ha. Si les vins issus de ce type de viticulture améliorent la rentabilité de l´exploitation, on peut se demander comment gérer ces volumes supplémentaires au niveau d´une région de production. Et, question image, irrigation et fertilisation ne sont pas dans l´air du temps.
Selon Gabriel Ruetsch, responsable viticole de l´Union Foncalieu « on peut très bien doubler les rendements ». ©D. R.

Points techniques
 Adapter le rendement en fonction du potentiel de la parcelle.
 Adapter le rendement en fonction du cépage et du porte-greffe.
 Assurer un bon ensoleillement des grappes
 Assurer une bonne répartition des grappes/souches.
 Adapter le système de taille.
 Limiter le stress hydrique par l´irrigation.
 Raisonner la fertilisation azotée.

Des essais menés par la Chambre d´agriculture du Vaucluse
La Chambre d´agriculture du Vaucluse a mis en place l´année dernière des essais de vignes à hauts rendements. L´objectif est de produire 150 hl/ha. Les premiers résultats devraient être connus au printemps 2006.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui