Réussir vigne 18 décembre 2017 à 08h00 | Par X. Delbecque

[VIDEO] Un drone de pulvérisation dans les vignes

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Leader du marché des drones de loisir, la société DJI a présenté son modèle agricole lors d'une journée de démonstration dans le vignoble Suisse en novembre dernier. L'Agras MG-1 est un drone professionnel de type octocoptère, équipé d'une cuve de 10 litres et doté de quatres buses disposées sous les pales. D'un poids total de 24 kilogrammes à plein, il accueille une batterie légère qui lui confère une dizaine de minutes d'autonomie. Durant ce laps de temps, le drone est capable de survoler et d'épandre le produit sur une surface allant de 0,6 à 1 hectare. Beaucoup de paramètres sont réglables, comme la vitesse, le débit ou la relation débit/altitude. En règle générale, la hauteur de vol se situe à 2,5 mètres au dessus du rang, ce qui minimise le risque d'accident avec d'autres aéronefs. Le drone est toutefois équipé de nombreux systèmes de sécurité et revient à sa base en cas de batterie faible ou d'entrée dans une zone de vol interdite (aéroport, zone militaire...). La version améliorée du modèle, le MG-1S vient d'être lancée en Asie. Elle dispose des toutes dernières technologies de contrôle de vol, pour un engin encore plus stable. Sa cuve est de surcroît compartimentée par des lamelles pour éviter l'effet de ballottement du liquide et gagner encore en stabilité. Il dispose également d'un système d'adaptation au vent. L'automatisation devient complète grâce à un guidage GPS donné par 15 satellites, à la précision centimétrique. Il comprend également trois radars pour s'adapter au relief du terrain, ce qui lui permet de rester à une hauteur par rapport au sol précise et constante. Il est ainsi mieux adapté au contexte difficile des coteaux.

Un coût qui dépasse les 15 000 euros

Le MG-1S est par ailleurs fourni avec un logiciel, qui est une véritable plateforme de management de l'outil, et permet tout le reporting nécessaire au viticulteur. Pour acquérir un tel matériel, il faut toutefois compter entre 15 000 et 25 000 euros. À l'heure actuelle, la pulvérisation par drone est interdite en France, mais elle est autorisée en Suisse. Pays qui n'exige pas non plus de formation pour l'opérateur, ce qui fait du territoire helvète une terre de prédilection pour le drone d'épandage, d'autant plus que l'hélicoptère est également dans le collimateur des instances publiques. Plus discret et moins contraignant pour le voisinage, le drone intéresse fortement les viticulteurs suisses. En Asie, ces engins sont utilisés en routine depuis plusieurs années déjà, au point même que 80% des rizières japonnaises sont traîtées par drone.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui