Réussir vigne 07 décembre 2005 à 17h35 | Par Claudine Galbrun

Union européenne/États-Unis - Un projet d´accord qui remet en cause la définition du vin

Le projet d´accord sur le vin entre l´Union européenne et les États-Unis, « pourrait remettre en cause la définition traditionnelle du vin », estiment les professionnels français.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La viticulture européenne ferait-elle les frais d´un rapprochement politique entre les États-Unis et l´Europe ? Les professionnels de la viticulture se posent la question au vu des termes de l´accord signé entre la Commission européenne et les Américains. Cet accord doit encore être entériné par le Conseil des ministres de l´Agriculture européen. Les organisations de producteurs veulent donc mettre à profit ce délai pour tenter de relancer les discussions. Cet accord qui est en négociation depuis plus de 20 ans, prévoit qu´en échange d´une reconnaissance des pratiques oenologiques américaines par l´UE, les États-Unis s´engagent à abandonner l´usage d´appellations dites semi-génériques comme chablis, champagne ou bourgogne. Pour les professionnels, le projet d´accord, s´il était adopté en l´état, pourrait, en autorisant l´importation de vins ayant fait l´objet de pratiques oenologiques non reconnues par l´OIV comme l´ajout d´eau, entraîner « une profonde modification de la définition traditionnelle du vin ».
L´usage de pratiques oenologiques non reconnues par l´OIV donnerait aux vins américains un avantage compétitif certain. ©P. Cronenberger

Un avantage certain pour les États-Unis
L´usage de telles pratiques donnerait de plus aux vins américains un avantage compétitif certain, dénoncent les professionnels qui estiment encore que la doctrine de l´UE devrait être calquée sur celle de l´OIV. Mais les États-Unis ont claqué la porte de cette organisation, ce qui complique quelque peu le respect par tous d´une définition internationale et unique du vin. De plus, cela pourrait donner des idées à d´autres pays désireux à leur tour d´exporter en Europe des vins aux pratiques oenologiques normalement prohibées. Et certains producteurs européens pourraient bien être également tentés d´adopter des techniques de vinification si peu coûteuses. Et au nom de quoi pourrait-on leur refuser ? Les professionnels sont d´autant plus en colère que la contrepartie de cette reconnaissance des pratiques, à savoir la fin de l´usurpation des 17 noms d´appellations d´origine par les Américains, n´est pas réglée. Sans oublier que les États-Unis sont devenus le premier marché des vins français, les professionnels demandent à la Commission européenne de poursuivre les négociations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui