Réussir vigne 05 juillet 2018 à 08h00 | Par Clara de Nadaillac

Terres du midi prête pour les vendanges 2018

L'IGP terres du midi est née et pourra être revendiquée dès cette année.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ludovic Roux, président du syndicat des producteurs de terres du midi, une nouvelle IGP pour les vendanges 2018.
Ludovic Roux, président du syndicat des producteurs de terres du midi, une nouvelle IGP pour les vendanges 2018. - © Coop de France

On en parlait depuis plusieurs années et c’est désormais chose faite. Ce jeudi 5 juillet 2018, le comité national des indications géographiques protégées (IGP) de l’Inao a voté la reconnaissance de terres du midi, une IGP socle d’assemblage, positionnée en entrée de gamme. Elle pourra donc être revendiquée dès les vendanges 2018.

Cette indication concernera les vins tranquilles, quelle que soit leur couleur, avec un degré d’alcool minimum de 10 % et un rendement maximal de 120 hl/ha. La liste des cépages autorisés, calée sur celle des IGP de départements, comprend 108 variétés plus ou moins exotiques, telles que le verdelho, la parellada, l’egiodola, le cardinal ou encore le picardan. Mais à l’avenir, « il pourrait intégrer des variétés résistantes, indique le président du syndicat des producteurs de terres du midi, Ludovic Roux, afin d’être à la pointe au niveau agro-environnemental. »

La nouvelle IGP fera partie d’Inter Oc

Le périmètre de production de l’IGP terres du midi, tel qu’il est défini à l’heure actuelle, est similaire à celui de pays d’oc : il comprend les départements de l’Aude, de l’Hérault, du Gard, des Pyrénées-Orientales et une partie de la Lozère. Et de nombreuses zones limitrophes sont susceptibles de produire cette IGP, à l’instar des cantons du Pontet, d’Avignon, ou encore de Mazamet. Les vins seront « marqués par des arômes fruités, dont la nature et l'intensité varient selon les cépages et les technologies utilisées», annonce l'Inao.

L’objectif, à terme, est de produire et commercialiser 1,5 million d’hectolitres de cette IGP, à un cours avoisinant les 75 ou 80 euros/hl. « L’enjeu est d’arriver à créer des marques sous l’indication terres du midi, et d’arriver à construire une image positive, poursuit Ludovic Roux. Le négoce régional est déjà fortement positionné en faveur de cette IGP. » En revanche, la mise en avant du cépage sur l’étiquette n’est pas à l’ordre du jour, afin de ne pas marcher sur les plates-bandes des pays d’oc. « D’ailleurs, terres du midi fera partie d’Inter Oc, afin qu’il y ait la plus grande cohérence organisationnelle, financière et politique avec pays d’oc », souligne Ludovic Roux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,