Réussir vigne 11 août 2009 à 18h00 | Par M.-E. Koralewski

Tendance - Le « Sweet » mouvement est lancé

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le premier « Sweet Hours » s’est tenu les 23 avril chez Pompon à Bordeaux et à fait salle comble ; les verres étaient vendus 3,5€ et la bouteille 15€.
Le premier « Sweet Hours » s’est tenu les 23 avril chez Pompon à Bordeaux et à fait salle comble ; les verres étaient vendus 3,5€ et la bouteille 15€. - © Sweet Bordeaux

L'Union des grands vins liquoreux de Bordeaux a désormais une nouvelle identité : Sweet Bordeaux. Et plus que le nom, Sweet Bordeaux c'est aussi le label des vins moelleux et liquoreux de ses onze appellations, mais également le nom d'une campagne de communication pour le moins audacieuse qui cible les jeunes et les femmes. « L'idée est d'aller rencontrer les jeunes là où ils sont, car lorsqu'ils goûtent aux Sweet Bordeaux, ils les adoptent », relate Philippe Poquet, directeur commercial de Publicis Activ. L'agence de communication a en effet imaginé tout un univers « Sweet » adapté à sa cible. Ainsi sont organisés des apéros dits « Sweet Hours » animées par des « Sweet girls » dans des bars branchés où le Sweet Bordeaux est servi par des « Sweeters » sur fond de « Sweet Music ». Et ce n'est pas tout : le site Internet* de Sweet Bordeaux donne accès à une multitude de rubriques tendances notamment une page de recettes de tapas pour accompagner les Sweet Bordeaux ou encore la « Sweet Gallery » où l'on peut regarder les photos prises lors des « Sweet Hours ».

La « Sweet » tournée

« Nous nous concentrons sur les 15 « afterworks » du Sud-Ouest, en commençant par Bordeaux, puis le bassin d'Arcachon en juin-juillet, la côte basque en juillet-août et la Charente à l'automne. Et si l'année se passe bien, la campagne sera lancée à Paris en 2010 et en Belgique en 2011 » projette Philippe Poquet. « Publicis Activ a remporté le concours que nous avions lancé auprès d'agences de communication pour cibler de nouveaux consommateurs avec un budget de cent cinquante mille euros par an, explique Michel Garat, président de la Commission promotion sauternes. Car nous touchons pour l'heure une population d'âge mûr qui déguste nos vins sur du fois gras ou du roquefort. Nous souhaitons conserver ces consommateurs mais nous voulons également intéresser les jeunes ». Pari gagné !

www.sweetbordeaux.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui