Réussir vigne 06 janvier 2006 à 16h31 | Par Claudine Galbrun

Réforme de l´OCM - Le secteur viticole dit non au découplage des aides

Les professionnels sont inquiets quant à la réforme de l´OCM (Organisation commune de marché) qui se profile. Ils demandent le maintien d´une OCM spécifique vin dans un environnement international qui serait plutôt favorable à son démantèlement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La commission de Bruxelles devrait élaborer une proposition de réforme de l´OCM vin au cours du second semestre 2006. Le principal souci des professionnels français est d´échapper à l´horizontalité de la PAC (Politique agricole commune). Autrement dit, il n´y aurait plus d´OCM spécifique au secteur vin et s´appliquerait alors, comme dans les grandes cultures, par exemple, le découplage des aides. Au sein de l´OMC (Organisation mondiale du commerce), certains États considèrent en effet que la régulation du marché et des volumes définie par l´OCM tels les aides au stockage ou le contingentement des plantations, entraîne une concurrence déloyale et qu´il vaudrait mieux laisser jouer le marché.
Une OCM vin ne nuirait pas aux échanges internationaux
Chaque vigneron recevrait ainsi une aide à l´hectare dont le montant serait calculé en fonction de références historiques. Vu que la filière viticole s´est toujours montrée peu avide de subsides publiques, comparativement à d´autres secteurs, la portion du budget agricole européen lui revenant serait pour le moins congrue. La France, dans ces négociations veut faire valoir qu´une OCM vin spécifique ne nuit en rien aux échanges internationaux, le marché du vin étant d´ores et déjà très ouvert et peu sensible aux barrières tarifaires, que la vigne est une culture de terre pauvre mais participe ainsi à l´aménagement du territoire et qu´enfin, il est indispensable que les pouvoirs publics interviennent sur la production de vin pour en améliorer la qualité et travailler sur les politiques de consommation et de santé publique. Laisser faire le marché en ce domaine ne peut qu´aboutir à une production de masse, peu chère et de moindre qualité.
Pour peser le plus possible sur ce projet, la France doit déposer sa propre contribution à Bruxelles au plus tard début 2006, indique le ministère de l´Agriculture. Une concertation avec la filière a été lancée à la mi-septembre afin d´aboutir à une plate-forme commune.
Le ministère indique que des contacts ont été pris avec l´Espagne, l´Italie et le Portugal, pour tenter d´obtenir une position unique et influencer au mieux les décisions finales. Un bilan de l´actuelle OCM a été dressé par l´Onivins. Il n´est guère reluisant, selon les professionnels. Il n´y a pas eu depuis sa mise en place en août 2000, d´amélioration de la compétitivité de la filière, l´équilibre offre-demande n´a jamais été atteint, les budgets affectés à la commercialisation des produits sont minimes et enfin, elle n´est pas en mesure de fournir des données économiques fiables.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui