Réussir vigne 01 avril 2005 à 14h56 | Par Steven Le Quellenec

Pulvérisation - De l´influence du traitement de l´eau ou de l´apport de gaz carbonique sur la qualité de la bouillie

Hydro-Agly, procédé censé améliorer la pulvérisation et réduire les doses de phytos, peine à démontrer son « plus ». Le système Écobulles, quant à lui, n´apporte pas d´efficacité supplémentaire mais préserve l´efficacité des bouillies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Hydro-Agly est un système qui dissocie les éléments minéraux et métalliques de l´eau servant à l´élaboration des bouillies. Selon le laboratoire de l´Agly, concepteur du système, ce procédé permettrait non seulement aux matières actives de conserver toute leur efficacité mais également de réduire leur dose d´application par deux. Et le procédé fait déjà quelques adeptes. Pourtant, une étude menée conjointement par le concepteur et l´ITV Midi-Pyrénées en 2004 n´a pas permis de mettre en évidence de différences significatives d´efficacité (sur mildiou, oïdium et black rot) entre des traitements fongicides « Hydro-Agly » et « conventionnels ».
Parallèlement, le CIVC (Comité interprofessionnel du vin de Champagne) indique que « la qualité de l´eau utilisée pour la préparation des bouillies phytosanitaires a en général peu d´effets sur les propriétés de celles-ci », car « les formulations et les doses homologuées masquent généralement l´influence des caractéristiques physico-chimiques de l´eau ». Toutefois, « en fonction des mélanges ou en situation de sous-dosages, la qualité de la bouillie peut avoir un effet dépressif sur l´efficacité des produits de traitement ».
Le gaz carbonique limite l´hydrolyse des matières actives et conserve l´efficacité des bouillies
Le système Écobulles, commercialisé en Champagne, insuffle sous pression une dose de gaz carbonique dans la bouillie. Le gaz se dissout et acidifie la bouillie tout en lui procurant un pouvoir tampon : la présence de différents produits ne modifiera que très peu le pH ainsi abaissé. Cette opération a pour but de limiter l´hydrolyse en milieu basique de matières actives, essentiellement des herbicides (cymoxanil, folpel, flumioxazine). Le CIVC insiste sur le fait que « cette propriété se traduit non pas par une efficacité supplémentaire des produits de traitement, mais par une préservation de l´efficacité des bouillies », notamment lorsque celles-ci restent longtemps dans le pulvé suite à un arrêt du traitement ou lorsque la bouillie est préparée pour la journée dans une cuve-mère.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui