Réussir vigne 23 mai 2007 à 18h00 | Par Catherine Bioteau

Prospective - Prospérité à risque pour la Champagne

Face à une demande qui ne faiblit pas, les Champenois veulent élargir leur aire d´appellation pour produire plus de 400 millions de cols d´ici 2017.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´économie du champagne est au beau fixe, soit. Mais encore faut-il oeuvrer pour maintenir cette conjoncture favorable. Car la prospérité a ses risques. En Champagne, où les 33 000 hectares de l´appellation sont quasiment tous plantés, le potentiel de production est désormais limité alors que la croissance commerciale ne faiblit pas, avec plus de 320 millions de cols vendus en 2006. " Les risques qui découlent de cette équation sont notamment l´explosion des prix, suivie d´une crise et de l´accentuation de la concentration au niveau des opérateurs du négoce ", a mis en garde Patrick Le Brun, président du Syndicat général des vignerons de la Champagne, lors de son assemblée générale le mois dernier. La tension monte déjà sur les marchés de l´approvisionnement en raisins. Pour éviter ce scénario, le syndicat a demandé depuis 2003 la révision de l´aire d´appellation.
Les experts de l´Inao qui ont commencé à plancher doivent fournir fin 2007 une liste des communes aptes à la production de raisins, pour une approbation définitive fin 2008. Suivra ensuite une révision des délimitations parcellaires à l´intérieur des communes sélectionnées. " Les nouvelles plantations qui en découleront devraient nous permettre de dépasser les 400 millions de bouteilles mais pas avant 2016-2017 ", précise Patrick Le Brun, qui ne cache pas que la période de transition pourrait s´avérer difficile.
Patrick Le Brun, président du Syndicat général des vignerons de la Champagne : " Nous avons des incertitudes sur la période 2007-2017. " ©DR

« Pouvoir rentrer en AOC une belle récolte lorsqu´elle est là "
Les Champenois auront cependant deux autres leviers pour faire face. Ils viennent d´obtenir la possibilité, à partir de la prochaine vendange, de constituer des réserves individuelles jusqu´à 8000 kg/ha (à titre expérimental jusqu´en 2011) et ont obtenu en conséquence une hausse du rendement butoir de 13 000 à 15 500 kg/ha. " L´objectif n´est pas d´inciter les vignerons à augmenter les rendements agronomiques, mais de donner à la Champagne la possibilité de rentrer en AOC une belle récolte lorsqu´elle est là ", commente le syndicat, pour pouvoir compenser les années de faibles récoltes. 2003 et ses gelées sévères ont laissé de mauvais souvenirs en Champagne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui