Réussir vigne 06 mai 2002 à 16h46 | Par Claudine Galbrun

Production viticole - Le règlement étiquetage enfin adopté

Il aura fallu plus de deux ans de négociations pour que la commission européenne adopte le règlement étiquetage. La France a préservé l´essentiel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les débats concernant l´étiquetage ont fait rage. Au niveau européen mais aussi au niveau franco-français. Les vins de pays souhaitant obtenir l´élargissement à leur profit de certaines mentions réservées aux vins d´AOC et ces derniers, au nom de la tradition, voulant défendre leur pré carré. Au moins jusqu´en 2006, date de révision de l´actuelle OCM (organisation commune de marché), les choses sont figées. Une des premières victoires de la France sur ce dossier est d´avoir obtenu un texte réglementaire spécifique au vin. Certains états-membres, en particulier non producteurs de vin, souhaitaient que la réglementation de l´étiquetage du vin rejoigne celle plus générale concernant les denrées alimentaires. Le texte adopté, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2003, concerne l´ensemble des vins et s´applique également aux produits importés de pays tiers. En plus des mentions obligatoires et facultatives, il y a désormais les mentions libres qui restent réservées aux VQPRD et aux vins de pays à indication géographique. La France et l´Europe ont en effet refusé d´ouvrir la possibilité aux vins de table d´afficher le nom du cépage et du millésime.

«Avancer des choses que l´on peut prouver »
Ces mentions libres devront être codifiées. « Ces mentions sont effectivement libres à condition d´avancer des choses que l´on peut prouver », indique l´Onivins. C´est par exemple le cas pour « élevé en fût » qui devra faire l´objet d´une réglementation nationale pour les vins de pays. A l´intérieur de ces mentions libres, on trouve les mentions traditionnelles séparées en deux listes : liste A et liste B. C´est en particulier au sujet de la répartition de ces mentions à l´intérieur de ces listes que les discussions ont buté.

35 mentions traditionnelles françaises protégées
Au final, la France a obtenu la protection de 35 mentions traditionnelles. La liste B assure un niveau de protection absolu et exclusif et fait référence à des mentions caractéristiques d´une origine. Pour la France, ont été retenues « claret », « vin jaune », « edelswicker » et « passe-tout-grains ». Les mentions de la liste A sont réservées à certains vins ou catégories de vins sur le territoire de l´Union européenne. Il s´agit par exemple de « sur lie », « primeur », « clairet », « vin de paille ». On peut citer également : « château », « vendanges tardives », « sélection de grains nobles » et « cru ». Ces dernières étant réservées aux AOC malgré les demandes réitérées des vins de pays. Personne ne pourra s´approprier ces mentions à moins de prouver qu´elles correspondent à une tradition et obéissent à un même cahier des charges. Le tout maintenant va être d´établir le cahier des charges régissant, par exemple, la mention « château ». On touche sans doute là aux limites de l´exercice...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui