Réussir vigne 28 septembre 2018 à 14h00 | Par X. Delbecque

Plaimont dépoussière sa communication

Afin de mieux valoriser les vins de ses adhérents, la cave coopérative de Plaimont, dans le Sud-Ouest, mise sur des outils de communication relookés et sur l'œnotourisme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le nouveau logo de la coopérative Plaimont, et sa signature.
Le nouveau logo de la coopérative Plaimont, et sa signature. - © X. Delbecque

En 40 ans, la coopérative Plaimont, à la croisée des AOC madiran, pacherenc, saint-mont et de l’IGP côtes de gascogne, a largement contribué à la reconnaissance des vins du Sud-Ouest. « Nous sommes fiers du chemin parcouru depuis sa création en 1978, avoue le directeur général, Olivier Bourdet-Pees. Mais nous sommes aussi conscients de ce qu’il nous reste à faire. » À l’occasion de son quarantième anniversaire, la coopérative a donc décidé de dépoussiérer sa communication, et de donner une nouvelle impulsion à son image. Un nouveau logo institutionnel, et une devise redéfinie (Vignerons en Gascogne et piémont pyrénéen) témoignent de cette évolution, et seront déployés dès cette fin d’année. De même, la charte graphique a été revue, avec une signature manuscrite calligraphiée, qui sera également déclinée sur la communication des différentes appellations.

Cet anniversaire est aussi l’occasion pour Plaimont de rédiger son plan stratégique pour 2025. « Nous n’avons pas l’objectif d’augmenter les volumes ni de monter en puissance, concède Jean Aymes, directeur marketing, mais nous souhaitons poursuivre la valorisation de nos vins, pour assurer une rémunération plus juste aux viticulteurs. »

 

Le monastère de Saint-Mont, nouvelle vitrine pour Plaimont

En parallèle, Plaimont va se lancer sur le segment de l’œnotourisme dès l’an prochain, avec l’ouverture d’un hôtel haut de gamme de onze chambres, dans l’ancien monastère de Saint-Mont. À terme, une personne sera sûrement embauchée pour piloter les projets de ce type. « Nous sommes convaincus que les gens vont tomber amoureux de notre territoire et de nos vins. Il faut juste que l’on arrive à les faire venir sur place » estime le directeur marketing.

Pour le reste, Plaimont continuera de miser sur ce qui a fait son succès, à savoir son engagement dans le développement culturel local, et la valorisation des cépages locaux. Les surfaces de manseng noir, cultivar récemment autorisé, sont d’ailleurs en pleine croissance et devraient permettre de propulser ces vins en grande distribution. Un travail est en cours sur le cépage « tardif », qui, à la faveur du réchauffement climatique, montre un potentiel œnologique de plus en plus intéressant (degrés plus faibles et forte production de rotundone), pour le faire entrer dans les cahiers des charges.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,