Réussir vigne 12 juillet 2002 à 14h53 | Par Julien Huchette

Oenologie - L´éraflage serait intéressant pour les beaujolais de garde

L´éraflage dans le Beaujolais est déconseillé pour l´élaboration de vins primeurs, mais s´avère
intéressant pour les vins de garde.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Contrairement aux idées reçues, l´éraflage accentue dans certains cas les goûts végétaux. Dans certains cas seulement car les vins primeurs « accusent plus le coup » que les vins de garde. « L´éraflage, par trituration, augmente le volume de bourbes et les composés `en C6´ responsables des goûts végétaux », explique Benoît Labarbe de la Sicarex Beaujolais. « Pour les vendanges éraflées, les notes végétales dominent en dégustation primeur mais s´amenuisent au cours du temps, alors que les notes fruitées, très peu citées en dégustation primeur, ont tendance à s´exprimer avec le temps », souligne Valérie Lempereur de l´ITV de Villefranche-sur-Saône. Pour les vins de garde, les tendances végétales sont rapidement dominées par les notes d´épices et de fruits évolués.
©D. R.

Aérer plus intensément le vin
D´après ces résultats d´essais menés pendant dix ans par la Sicarex Beaujolais, l´éraflage paraît exclu de l´élaboration de vins primeurs. Il n´en reste pas moins qu´il peut être considéré comme une alternative aux perspectives d´évolution intéressantes. Et ceci pour l´élaboration de vins de plus longue garde. Dans ce cas, tout le process de vinification doit être revu. Il faudra aérer plus intensément le vin : « les résultats montrent clairement un important défaut de réduction, dû à une présence importante de bourbes sur les modalités éraflées » ; maîtriser les températures : « la fermentation, plus rapide qu´en vendange entière, s´accompagne d´une élévation importante des températures » ; revoir le sulfitage et le levurage : « On note une plus faible concentration initiale de levures dans le jus car la suppression des rafles conduit à une proportion plus grande du volume de jus sur le volume de vendange. »

Contradictoire sur le plan de l´image
Benoît Labarbe met en garde : « L´éraflage ne doit pas être considéré comme une technique de rattrapage, excepté en cas de grêle où l´on atténue les goûts de secs ». Pratique non explicitement interdite par les décrets d´A.O.C., « l´éraflage reste quelque peu contradictoire sur le plan de l´image », note Valérie Lempereur. « En effet, la question est de savoir si nous voulons continuer à mettre en avant notre spécificité beaujolaise de vinification en grappes entières en tant qu´argument de typicité de nos produits ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui