Réussir vigne 10 septembre 2004 à 17h15 | Par Steven Le Quellenec

Oenologie - Dans le Languedoc, « la macération carbonique est un outil, pas un dogme »

La macération carbonique, souvent décriée, compte pourtant de nombreux adeptes dans le Languedoc et ce, pour différents cépages. Et notamment lors d´assemblages.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pratique commune dans le Beaujolais ou dans le Languedoc, la macération carbonique permet au vinificateur d´amplifier l´expression aromatique des raisins. Souvent décriée pour son uniformisation des vins, elle n´en possède pas moins certains atouts et de résolus partisans. Pour Richard Planas par exemple, directeur technique des vins Gérard Bertrand près de Narbonne, le constat est sans appel : « la macération carbonique ne gomme en aucun cas le terroir. Il n´y a pas d´effet d´uniformisation ». Marc Dubernet des laboratoires Dubernet se pose pour sa part en défenseur raisonné : « il est vrai que la macération carbonique donne un côté rustique, ou en tout cas plus méditerranéen que d´autres techniques, mais est-ce un défaut ou une qualité pour nos vins ? Ce n´est pas une philosophie mais un outil. Il ne faut pas en faire un dogme. Utiliser différentes manières de vinifier, c´est s´offrir une gamme beaucoup plus large au moment des assemblages ».
Et Jean Natoli, du groupe Onoconseil & Coe, d´affirmer que « certains détracteurs reprochent le caractère trop particulier des vins jeunes mais cet aspect s´estompe au bout d´un an ou deux. Ces mêmes personnes sont alors incapables de dire si le vin a été vinifié par macération carbonique ou non ».

Un exhausteur de goût pour la syrah
Utilisée autrefois afin d´apporter plus d´expression et de rondeur aux vins de pays issus de carignan, la macération carbonique est désormais utilisée sur d´autres cépages avec d´autres objectifs. « Nous appliquons cette technique sur des vendanges très mûres à petit rendement et ce pour l´ensemble de nos cépages syrah et carignan », explique Richard Planas. « Elle agit sur la syrah comme un exhausteur de goût en donnant parfois des choses trop violentes, indique Jean Natoli. Pour le mourvèdre, la technique apparaît plus facile qu´une vinification traditionnelle. Et pour le pinot et le merlot, les résultats sont intéressants et curieux. Pour le cabernet, par contre, elle donne un caractère trop végétal et ça n´est jamais réussi. Concernant le grenache, les résultats sont variables et dépendent de l´état de la rafle. Trop peu lignifiée, elle induit des goûts végétaux. »

Ainsi, d´apparence simplissime, la technique révèle de nombreuses possibilités et recèle de détails à maîtriser. « Les raisins doivent être effectivement beaux et entiers mais il faut tout de même un peu de jus pour que les levures s´y développent correctement, sinon il faut en faire, explique Jean Natoli. Si on ne sulfite pas, le levurage s´impose. Après, la surveillance est humaine et l´hygiène très importante. Au final, il est vrai qu´il n´y a pas trop de maîtrise technique, et c´est cela qui peut frustrer certains oenologues. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui