Réussir vigne 21 mars 2003 à 15h29 | Par Claudine Galbrun

Marché mondial du vin - Vinexpo vient de réaliser une étude prospective encourageante

L´optimisme est de mise, si l´on en croit les résultats de l´étude réalisée par Vinexpo sur la conjoncture mondiale du vin et des spiritueux à l´horizon 2006.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Dans un monde aussi inquiétant et troublé, cette étude, pour ce qui est du secteur des vins et spiritueux, apporte des éléments particulièrement rassurants qui permettent de regarder l´avenir avec un certain optimisme et de tempérer les inquiétudes du marché français », estime Jean-Marie Chadronnier, président de Vinexpo. Premier élément de nature à rétablir la confiance : une hausse attendue du chiffre d´affaires de la filière vin à l´échelon mondial. Celui-ci devrait croître de 8,9 % par rapport à 2001, pour s´établir à 111 milliards d´euros en 2006. La plus forte croissance est attendue sur le segment des vins tranquilles avec un chiffre d´affaires en hausse de 10 % sur cinq ans. L´étude table sur une augmentation de leur consommation de plus de 11 millions d´hectolitres (+ 5,4 %). A noter que l´Europe du Nord devrait enregistrer la plus forte hausse de consommation soit + 25,6 % (+ 14,6 % pour les vins effervescents). « Ce qui en fera une cible commerciale particulièrement prisée par les opérateurs ».

Au total, cinq pays (États-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, Chine et France) réaliseront 60 % de la croissance en volume, en 2006. Si on excepte la Chine, les quatre autres pays auxquels il faut ajouter l´Italie, feront 70 % de la croissance en valeur (stade détail). De plus, cette dynamique de la consommation s´installe sur les vins vendus à plus de cinq euros la bouteille. Les échanges internationaux devraient augmenter en 2006 de 15 %. Enfin, dernier point de satisfaction et peut-être d´étonnement : la surproduction tant redoutée devrait être moins forte que prévue. Le différentiel entre production et consommation devrait se réduire de 11,5 % entre 2002 et 2006. Au niveau des spiritueux, cognac et armagnac devraient voir leur consommation augmenter en volume de 1,2 % et en valeur de 8,4 %.

La France a toutes les raisons d´y croire
La morosité actuelle de la filière française ne devrait plus être qu´un mauvais souvenir en 2006. En effet, le chiffre d´affaires réalisé par la vente de vins tranquilles en France devrait croître de 3,7 % pour atteindre 11,92 milliards d´euros. De plus, contre toute attente, la consommation en France devrait augmenter de 1,9 % en volume. La production de vin croîtrait aussi de 6,3 %. La France est, et restera, le premier exportateur mondial de vins avec une progression affichée de 6 % en 2006, soit en volume 15,5 millions d´hectolitres. Ce qui représente 23 % des exportations mondiales. Un point à tempérer toutefois. Certains pays du Nouveau Monde devraient enregistrer une progression à deux chiffres de leurs exportations : Australie (+ 75 %), Chili (+ 58 %), Afrique du sud (+ 63 %). Par contre, les importations devraient se maintenir à un niveau faible : 0,35 milliard d´euros, en 2006, contre 0,32 en 2001. Reste à savoir si ces prévisions se réaliseront et, si tel était le cas, seront-elles de nature à favoriser la prise de décision au niveau de la filière française au moment où celle-ci a le plus grand mal à trouver un terrain d´entente ?

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui