Réussir vigne 08 novembre 2010 à 11h34 | Par C. GALBRUN

LUTTE BIOLOGIQUE - Influence du cépage sur le ver de la grappe

Selon le cépage sur lequel se développe le ver de la grappe, ce dernier n’opposera pas la même résistance à ses ennemis naturels. Un constat qui pourrait conduire à affiner les stratégies de lutte biologique en fonction des cépages.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
LE NOMBRE D’ŒUFS DE VERS DE LA GRAPPE peut varier de 20% entre un pinot et un grenache.
LE NOMBRE D’ŒUFS DE VERS DE LA GRAPPE peut varier de 20% entre un pinot et un grenache. - © P. Cronenberger
Les resultats enregistres en viticulture par la lutte biologique avec des trichogrammes contre les vers de la grappe varient de 20 a 70 %. Une telle variabilite est a attribuer a la latitude, au climat, a la structure du vignoble, a la taille des parcelles mais aussi au cepage. " Entre un pinot et un grenache, le nombre d'œufs d'eudemis pondus peut enregistrer une difference de 20 % ", constate Denis Thiery, chercheur a l'INRA de Bordeaux.

" Le cepage favoriserait ou non le succes reproducteur du ravageur"

 Mais au-dela du nombre d'œufs pondus, c'est aussi la qualite intrinseque de l'œuf ou de la chenille du ravageur qui va etre modifiee selon le cepage sur lequel il se developpe et donc ses performances vis-a-vis du parasite. " Selon la qualite nutritive qu'il est en mesure de lui fournir, le cepage favoriserait ou non le succes reproducteur du ravageur, sa fecondite, sa duree de vie. Il influencerait meme la vitesse de developpement de la chenille d'eudemis ainsi que la taille des œufs, sachant que le trichogramme parasite de preference les plus gros œufs. " Ainsi entre deux cepages, les degats provoques par les vers de la grappe pourront etre differents ainsi que l'efficacite de la lutte biologique par les trichogrammes. " Nous sommes toutefois face a une situation complexe. Le riesling, par exemple, est tres defavorable a l'eudemis. Celle-ci y vit moins longtemps, a une fertilite faible mais les œufs qu'elle produit se montrent plus resistants au trichogramme (Trichogramma evanescens), entrainant probablement un phenomene de compensation aux facteurs negatifs cites plus haut. Cela ne doit pas conduire pour autant a abandonner la lutte biologique, mais au contraire a reflechir a une adaptation en fonction des caracteristiques du vignoble (encepagement, presence ou absence de zones ecologiques refuges favorables aux ennemis naturels...) Actuellement, on ne lache pas de trichogrammes en France contre les vers de la grappe. Si cette technique se developpe, on pourrait reflechir a adapter le nombre de trichogrammes ", estime Denis Thiery. Des travaux menes entre l'UMR de sante vegetale de Bordeaux et l'UMR CNRS de Biogeosciences de Dijon, etudient d'ailleurs en detail les variations de capacites de defense de la chenille (via son systeme immunitaire), en fonction du cepage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui