Réussir vigne 12 février 2018 à 01h00 | Par Clara de Nadaillac

Le salon Vinovision bat son plein

Le salon international des vins septentrionaux se tient du 12 au 14 février à Paris. Bilan des annonces de la première journée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les vignerons du Beaujolais tenaient stand commun, sur deux stands conviviaux, sous la bannière de Beaujonomie.
Les vignerons du Beaujolais tenaient stand commun, sur deux stands conviviaux, sous la bannière de Beaujonomie. - © C. de Nadaillac

Le Beaujolais à l'heure de la Beaujonomie

Pour la première fois sur un salon, le Beaujolais a affiché la nouvelle segmentation de son offre. Abritée sous l'ombrelle de « Beaujonomie », elle comprend trois gammes.

  • Les Beaujolais de fête recouvrent la catégorie des beaujolais nouveaux.
  • Ceux de caractère, dont le prix est compris entre 7 et 14 euros, visent « le leadership mondial en restauration tendance (bar à vins, caves à manger, bistronomie). Leur potentiel est de 30 à 50 millions de bouteilles, avec les crus comme locomotive » indique l'interprofession. Il s'agit de vins fruités, mais avec « de la race », souligne Grégory Large, président de la commission communication. Cette catégorie est destinée à représenter les 2/3 des ventes de la région.
  • Enfin, les Beaujolais d'exception, vendus à plus de 15 euros le col « ambitionnent le statut de grands vins de terroir. Leur production représente déjà plusieurs millions de bouteilles », poursuit Inter Beaujolais.


Cette nouvelle segmentation s'accompagne d'un recentrage de la communication du Beaujolais autour du vin partage et plaisir, qui s'accorde aux ambiances « bistrot chic », et aux grandes tablées où tout le monde partage le même plat.


La marque collective Prestige de Loire se matérialise sous la forme d'un macaron à ajouter à l'habillage, qui reprend la forme d'une couronne dorée, avec une fleur de lis.
La marque collective Prestige de Loire se matérialise sous la forme d'un macaron à ajouter à l'habillage, qui reprend la forme d'une couronne dorée, avec une fleur de lis. - © C. de Nadaillac

Prestige de Loire, l'élite des fines bulles ligériennes

De son côté, InterLoire a dévoilé la nouvelle marque collective destinée à « l'élite » des fines bulles ligériennes : Prestige de Loire. Cette sélection, qui vise à permettre une meilleure valorisation des produits, s'appuie sur un cahier des charges rigoureux (élevages sur lattes de 24 mois minimum, 3 mois minimum entre le dégorgement et la commercialisation, dosage inférieur à 12 g/l ou encore engagement de certification HVE dans les 5 ans), et doit être validée par un jury de dégustateurs professionnels. Elle s'adresse à des vins commercialisés à plus de 10 euros, notamment auprès « des CHR et cavistes, indique Bernard Jacob, directeur du négoce Orchidées (ex-Ackerman). C'est un canal qui nous laisse le temps d'expliquer notre démarche et de jouer la pédagogie auprès du consommateur ».

 

La première sélection présentée par l'interprofession ce lundi 12 février comporte 17 cuvées, majoritairement de négoce. Mais de nombreuses autres, et notamment de vignerons, sont appelées à l'intégrer. Le but est que ce segment premium représente à terme 100 000 cols/an.

 

D'un point de vue concret, la marque se matérialise sous la forme d'un macaron à ajouter à l'habillage, qui reprend la forme d'une couronne dorée, avec une fleur de lis.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui