Réussir vigne 27 mars 2018 à 10h00 | Par Xavier Delbecque

Le purin d’ortie, une efficacité en demi-teinte sur vigne

Les techniciens champenois testent depuis plusieurs années l’effet du purin d’ortie. Selon les années, ils constatent un effet bénéfique variable contre le mildiou.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'ortie utilisée en extrait ou en tisane peut se révéler utile contre le mildiou. Mais l'effet n'est pas constant.
L'ortie utilisée en extrait ou en tisane peut se révéler utile contre le mildiou. Mais l'effet n'est pas constant. - © Sophie Bourgeois

Une moindre sensibilité au mildiou et un effet biostimulant, tels sont les arguments de vente du champenois David Collot pour ses extraits fermentés d’ortie. Céline Jolibois, conseillère à la chambre d’agriculture de la Marne, et Maxime André, du Comité champagne, ont tenté de vérifier leur impact sur dix parcelles expérimentales. En année à faible pression parasitaire, comme 2017, associé au cuivre à la dose de sept litres par hectare, l’intérêt de telles préparations ne ressort pas vraiment. En revanche, sur une année à forte pression comme 2016, elles ont donné quelques résultats intéressants. « Sur le site d’Allemant, nous avons observé un gain d’efficacité contre le mildiou par rapport à une stratégie de cuivre seul, d’environ 30 % sur feuilles et sur grappes à la fin juillet », rapporte Céline Jolibois. Sur les autres parcelles, un écart plus ou moins fort existe, sans toutefois être significatif.

Deux kilos de cuivre en moins pour la même efficacité

« C’est le problème de ces préparations, acquiesce Sébastien Carré, de la chambre d’agriculture de l’Aube. L’effet n’est pas constant, il varie selon le site, l’itinéraire technique, l’année… » De son côté, il teste depuis 2010 le bénéfice de tisanes de plantes (orties et huit autres essences telles que la bourdaine et la valériane) en mélange à trois litres par hectare. Sur la commune des Riceys, la préparation a permis de baisser la dose de cuivre de six à quatre kilos en gardant une efficacité acceptable lors des années difficiles comme 2013 et 2016, alors que la modalité à quatre kilos de cuivre seul commençait à décrocher. Mais sur Verzy, les résultats ont été moins satisfaisants… Les techniciens ont également évalué l’effet de l’ortie sur l’azote de la vigne. « L’appareil N-tester ne m’a pas indiqué de différence », relate Céline Jolibois. De son côté, Maxime André a observé une légère tendance à la hausse de l’azote assimilable dans les moûts, mais rien de significatif. Au champ, certains notent toutefois des signes visuels. « Sur les parcelles où j’ai utilisé le produit à trente litres par hectare, la chute des feuilles est intervenue plus tard », témoigne un viticulteur champenois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Adrien MAGLIONE / Frederique (37) | 30 mars 2018 à 11:41:07

Je joins une eau de dessalage de morue au purin d'orties, à raison de 15 l pour une cuve de 250 l. Le sel est antifongique et le poisson renforce le collage du cuivre. De ce fait j'obtiens de bons résultats avec moins de cuivre, celui ci tenant plus longtemps sur le feuillage.

Xavier (75) | 10 avril 2018 à 09:58:11

Merci pour cette précision. C'est très intéressant, et j'espère que cela donnera quelques idées à nos viticulteurs ! Xavier de la rédaction

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui