Réussir vigne 17 janvier 2019 à 15h00 | Par Catherine Gerbod

Le melon rouge prêt à pétiller dans les verres

Il est ancien et nouveau à la fois, rouge mais aussi un peu blanc... c'est le melon rouge, une variété née en val de Loire et tout juste autorisée pour faire du vin. Il pourrait faire ses débuts en version bulles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
S'il s'est montré adapté à la production d'effervescents, le melon rouge pourrait aussi inspirer des rosés.
S'il s'est montré adapté à la production d'effervescents, le melon rouge pourrait aussi inspirer des rosés. - © P. Cronenberger

La variété melon rouge s'apprête à entrer dans le classement national des variétés de vigne pouvant être plantées sur le territoire pour produire du vin. Son histoire est originale.

Elle commence par la découverte d'un cep inhabituel dans une parcelle du domaine Viaud, au Landreau, en plein terroir du muscadet. C'était en 1995. Ce pied de vigne portait à la fois des grappes de raisins rouges et de raisins blancs ! « C'est une variante du melon de Bourgogne, une nouvelle variété née par l'opération du Saint-Esprit, d'une mutation génétique naturelle. Ses baies sont rouges, pas roses, pas noires », décrit Jean-Luc Viaud, à la tête du domaine où le fameux cep a été repéré par son père, il y a plus de 20 ans.

Plutôt que de considérer le cep comme un vilain petit canard, un groupe de professionnels s'est constitué autour des Viaud pour en explorer le potentiel à partir de 2005. La partie de la souche produisant des raisins rouges a été multipliée pour expérimentation et plantée sur deux parcelles.

Un avenir en bulles

Jean-Luc Viaud l'a pour l'instant surtout expérimenté en vin de base pour élaborer des vins en méthode traditionnelle. « A priori, on ne peut pas en faire du rouge car il ne contient pas assez d'anthocyanes. En rosé, il donne un vin orangé, plutôt couleur pelure d'oignon, raconte le vigneron. Il est un peu moins sensible à la pourriture que le melon blanc, a un demi gramme d'acidité en moins à maturité égale mais il est pareil en sucre. Il subit tout autant le mildiou », ajoute-t-il.

Le développement de plants est désormais possible et c'est bien sûr le préalable à son utilisation, d'abord en vin de France. « Dans 5 à 6 ans on pourra compter sur du melon rouge », s'enthousiasme Jean-Luc Viaud qui lui prédit un avenir surtout en bulles, et même le voit bien d'ici quelques temps inspirer un futur crémant de Nantes à inventer.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,