Réussir vigne 24 janvier 2019 à 10h00 | Par Justine Gravé

L'intelligence artificielle sait-elle mieux conseiller un vin que le sommelier ?

La start-up Matcha met l'Intelligence Artificielle au service du vin. Elle a joué carte sur table mardi soir dernier en confrontant en direct son produit à deux grands professionnels du vin. Une partie serrée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
(De g. à dr.) : Paolo Bouca Nova, directeur commercial et des achats au Repaire de Bacchus, Clément Pinard, vigneron à Sancerre et Alain Dutournier, chef étoilé au Carré des feuillants, composent le jury de la compétition amicale. Ils jugent ici la première épreuve concernant les accords mets et vin.
(De g. à dr.) : Paolo Bouca Nova, directeur commercial et des achats au Repaire de Bacchus, Clément Pinard, vigneron à Sancerre et Alain Dutournier, chef étoilé au Carré des feuillants, composent le jury de la compétition amicale. Ils jugent ici la première épreuve concernant les accords mets et vin. - © J. GRAVÉ

Thomas Dayras, Benoît Richert et Eduardo Queiroz Peres, cofondateurs de Matcha, ont de quoi être fiers de leur « chatbot » appliqué au service du vin. Ce produit interactif né de l'Intelligence Artificielle (IA) s'est avéré au niveau d'experts du vin lors d'une compétition originale organisée à Paris. Dans une ambiance chaleureuse, Paz Levinson, chef sommelière exécutive du groupe Pic et Antoine Gerbelle, rédacteur en chef de tellementsoif.tv ont accepté de se confronter à ce sommelier virtuel. Paolo Bouca Nova, directeur commercial et des achats au Repaire de Bacchus, Clément Pinard, vigneron à Sancerre et Alain Dutournier, chef étoilé du Carré des Feuillants, composaient le jury choisi pour départager les compétiteurs.

L'IA de Matcha talonne les deux experts

Appuyés par l'expertise de Pierre Vila Palleja, chef sommelier du restaurant Le Petit Sommelier de Paris, les trois associés de Matcha et leurs équipes développent depuis 2016 ce service de conseil en vin issu de l'Intelligence Artificielle. Ils l'ont testé face aux spécialistes lors de trois épreuves : accords mets et vin, conseils aux particuliers pour l'achat d'une bouteille et élaboration d'une carte des vins pour un restaurateur. Au final, les deux « humains » obtiennent la première place ex-aequo avec une moyenne de 15/20 mais ils sont suivis de (très) près par Matcha, qui arrache un 14/20. L'IA tire largement son épingle du jeu sur l'élaboration d'une carte de 38 vins à partir d'une base de données de 560 références. Logique, puisque plus l'algorithme mathématique a de quoi se nourrir, plus il est performant.

Cette redoutable efficacité de Matcha est-elle une menace pour les jeunes sommeliers ? « Non, car pour le moment seul l'Homme est capable d'apporter de la nuance et de l'émotion dans le conseil, une vraie valeur ajoutée pour le consommateur », répond Pierre Vila Palleja. « Le chatbot est plutôt destiné à se positionner là où aujourd'hui il n'y a pas de sommeliers : vente en ligne ou encore rayons des supermarchés », considère Thomas Dayras. De la complémentarité bien plus que de la concurrence.

Vers un conseil sur mesure avec Magnum, le caviste virtuel

La compétition amicale était aussi l'occasion pour les équipes de Matcha de présenter Magnum, le caviste virtuel capable de proposer aux utilisateurs une sélection de vins sur mesure. « De nombreux particuliers témoignent de leur malaise quand il s'agit de s'exprimer sur le vin, qui est un produit intimidant », note Thomas Dayras. Avec Magnum, il suffit d'indiquer ses préférences et son budget dans une fenêtre de dialogue, et le caviste virtuel sélectionne quelques références susceptibles de répondre à nos critères. Directement disponible sur les sites internet des distributeurs intéréssés, il devrait à terme être déployé sur smartphone. Les particuliers pourront alors y accéder via une signalétique en rayon. De quoi décomplexer les consommateurs néophytes et pourquoi pas démocratiser la vente en ligne. Les clients des enseignes Promocash seront les premiers à bénéficier de ce service. Une belle avancée pour la start-up, qui souhaiterait voir son bot devenir la force de vente digitale de nombreux distributeurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,