Réussir vigne 25 juin 2018 à 12h00 | Par Clara de Nadaillac

Innovation : trois caves européennes à la pointe

Torres, Antinori et Buzet. Ces trois structures, l’une espagnole, l’autre italienne et la dernière française, sont à la pointe de l’innovation. Plongée au cœur de leurs services R & D et découverte de leurs thématiques de recherche.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mireia Torres Maczassek, responsable du service R & D de Torres, Carine Magot, responsable du service vigne
des Vignerons de Buzet et Andrea Bencini, directeur
des vignobles Antinori, portent l’innovation de ces trois structures, ayant chacune des objectifs distincts.
Torres a par exemple pré-installé un système de géothermie (bonbonnes) sur sa cave, afin de diminuer le recours
aux énergies fossiles, dans l’optique de lutter contre le réchauffement climatique.
Mireia Torres Maczassek, responsable du service R & D de Torres, Carine Magot, responsable du service vigne des Vignerons de Buzet et Andrea Bencini, directeur des vignobles Antinori, portent l’innovation de ces trois structures, ayant chacune des objectifs distincts. Torres a par exemple pré-installé un système de géothermie (bonbonnes) sur sa cave, afin de diminuer le recours aux énergies fossiles, dans l’optique de lutter contre le réchauffement climatique. - © Torres, V. de Buzet, X. Delbecque, C. de Nadaillac

Les caves Antinori, Buzet et Torres se démarquent toutes trois par la vitalité de leurs services R & D. C’est pourquoi la plupart des gros constructeurs, à l’instar de New Holland ou de Same, y testent leurs prototypes. New Holland expérimente ainsi son tracteur fonctionnant au méthane chez Torres. De son côté, Same essaie son tracteur connecté chez Antinori. C’est même parfois à la demande de l’une de ces entreprises que les fabricants développent certains matériels de pointe. Ce fut le cas pour la machine à vendanger EnoControl de New Holland, récoltant en fonction de la maturité, créée à la demande d’Antinori. Pour toutes ces raisons, nous avons voulu pousser les portes de leurs services R & D et découvrir leurs sujets d’étude.

En France, la coopérative Buzet a fait du développement durable, et de ses trois piliers (environnement, économique et le sociétal), son fer de lance. La majorité des programmes de recherche sont orientés en ce sens, que ce soit les expérimentations d’engrais vert, l’optimisation de l’épandage automatisé (projet Oiseau), l’arrivée d’un robot pour porter les BIB, ou encore la lutte contre les discriminations.

Entre vignes en altitude et réduction des émissions carbone

De son côté, frappée de plein fouet par la hausse des températures, la bodega ibérique Torres planche sur le changement climatique. Et ce, dans deux optiques : s’y adapter, et l’atténuer, en diminuant son impact carbone. Un fil conducteur qui donne lieu à de nombreuses expérimentations, comme l’installation de vignobles en altitude, la modification du mode de conduite, la recherche d’une levure de désalcoolisation, ou encore la réutilisation du carbone fermentaire par des micro-algues.

Enfin, pour Antinori, la ligne directrice est d’innover en restant au service de la tradition. L’Italien ne recherche donc pas la rupture technologique à tout prix, mais souhaite l’employer pour alléger son personnel, afin qu’il puisse exprimer pleinement son savoir-faire. C’est le cas par exemple lorsqu’il travaille sur le suivi des maturités. Le développement durable est un autre axe de R & D. Insectes prédateurs et itinéraires techniques originaux permettent de supprimer peu à peu herbicides et insecticides…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,