Réussir vigne 21 mai 2004 à 18h54 | Par Claudine Galbrun

Filière viticole - L´Afivin veut « redonner de la fierté au vin »

L´Afivin s´est fixé un objectif clair : reconquérir les consommateurs de vin. Un plan d´action triennal est à l´étude et attend le soutien, moral et financier, de toute la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les procès intentés contre les interprofessions bourguignonne et bordelaise pour publicité contraire à la loi Evin ont créé, selon Michel Bernard, président de l´Afivin (Agence française d´information sur le vin), un électrochoc dans la filière viticole qui a su, pour l´occasion se mobiliser et obtenir du Premier ministre la promesse de réaménager la loi Evin. Une situation dont il entend profiter pour « ne pas laisser retomber le soufflé » et amener l´Afivin à « passer à la vitesse supérieure ». Pour lui, l´objectif premier d´Afivin doit être la reconquête du consommateur. Pour ce faire, elle propose le lancement d´un programme triennal d´actions à destination du grand public, sur le thème : redonner de la fierté au vin.

« Ce programme s´adressera en priorité aux consommateurs réguliers et aux jeunes. Nous voulons avec ce programme défendre l´aspect épicurien du vin, célébrer la notion de plaisir et de convivialité que déclenche la consommation de vin. Consommation qui de plus, si elle est modérée ne porte aucune atteinte à la santé. Mais nous ne ferons référence à l´aspect bénéfique du vin sur la santé que de manière incidente car nous pensons que défendre ce seul argument constituerait un combat risqué et entraînerait forcément une réaction défavorable du corps médical », indique Michel Bernard. Reste maintenant à convaincre les uns et les autres de mettre la main à la poche pour financer ce programme « ambitieux » qui comporterait notamment une phase de dialogue avec le grand public via une campagne media institutionnellesur le mode : « affirmer la modernité du vin » avec la mise en place d´un numéro vert. Il s´agit aussi de « mobiliser les alliés objectifs du vin » que peuvent être les milieux d´influence, les relais d´opinion et les médias.

Enfin, il faudrait aussi dialoguer avec les instances administratives « afin de faire disparaitre la diabolisation » du vin. « Il y a quelque chose de très fort à faire », estime M. Bernard.
Jusqu´à présent, l´Afivin, créée en 2001, a fait preuve d´une relative discrétion dans la défense de la place du vin dans la société. « Cette discrétion résulte d´une part de la jeunesse d´Afivin et du fait de n´avoir pas mené jusqu´à présent d´actions de communication d´envergure nationale pour des questions de coût », explique son président. Toutefois, l´Afivin a mené un programme d´information et de communication cofinancé par Bruxelles.
La première tranche de ce programme a abouti à l´édition à un million d´exemplaire d´une brochure intitulée « le vin, parlons-en », à la tenue dans une vingtaine de villes en France d´une exposition et à la création d´un site internet (www.parlonsvin.com).
Des opérations ponctuelles ont également été réalisées en grande distribution et en restauration commerciale. La deuxième tranche vient d´être lancée. Des actions sont programmées dans les trains Thalys et sur le réseau transmanche, dans la restauration collective et chez les cavistes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui