Réussir vigne 16 mars 2010 à 12h11 | Par M.-E. Koralewski

Etudes - De nouvelles données sur l’origine des Brett

Les résultats préliminaires d’une étude réalisée par l’IFV de Beaune sur l’origine et l’identification des Brett montrent que les populations présentes sur le raisin sont différentes de celles retrouvées dans le vin correspondant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’identification des souches de Brett présentes au vignoble et celles présentes dans les vins correspondants, réalisée lors des études conduites par l’IFV de Beaune, montrent que les populations qui contaminent les vins ne sont pas celles provenant du raisin.
L’identification des souches de Brett présentes au vignoble et celles présentes dans les vins correspondants, réalisée lors des études conduites par l’IFV de Beaune, montrent que les populations qui contaminent les vins ne sont pas celles provenant du raisin. - © INRA/Bertrand NICOLAS

La détermination de l'origine des populations de levure d'altération Brettanomyces est à l'étude depuis deux ans à l'IFV de Beaune. « On s'est posé la question de savoir si les Brett identifiées sur les raisins d'une parcelle sont celles qui vont contaminer les vins produits à partir de ces raisins », explique Béatrice Vincent. Pour ce faire, des prélèvements à la parcelle ont été effectués et les populations de Brett présentes dans ce prélèvement ont été identifiées génétiquement. Une deuxième analyse génétique a ensuite été réalisée sur les Brett trouvées dans les vins issus de ces parcelles. « Il s'avère que les souches de Brett sur les raisins ne sont pas celles que l'on retrouve dans les vins correspondants. Les contaminations viennent donc vraisemblablement du matériel de cave plutôt que du vignoble. Les efforts pour lutter contre ces levures sont donc à faire en cave en maîtrisant les doses de SO2 et l'hygiène notamment », souligne Béatrice Vincent, responsable des recherches à l'IFV de Beaune.

Des recherches qui se poursuivent

« Il reste beaucoup à faire, précise Béatrice Vincent, et nous avons seulement deux ans de recul. Nous cherchons à déterminer si les populations qui se développent sont les mêmes d'un millésime à l'autre. Dores et déjà, on a constaté que les différentes cuvées d'une même cave sont généralement contaminées par la même souche de Brett, quelque soit l'appellation et donc la parcelle de provenance. En revanche, les populations contaminantes ne sont pas communes d'une cave à l'autre ». L'IFV souhaiterait aussi caractériser ces populations contaminantes notamment sur leur capacité à produire des éthyl-phénols ou à résister au SO2 ce qui se rajoute à la déjà très longue liste d'analyses à réaliser.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui