Réussir vigne 03 février 2003 à 13h10 | Par Claudine Galbrun

Densité de plantation - Le coût de la qualité en AOC bordeaux

Augmenter la densité de plantation est facteur d´amélioration qualitative. Reste à savoir à quoi l´on s´engage financièrement. La Chambre d´agriculture de Gironde fait le point.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Faut-il planter à 3 m, à 2 m ou même moins ? La question est d´importance et la réponse est lourde d´engagements, pour au moins 40 ans. Et au-delà de cette nécessaire vision à long terme, le débat fait d´autant plus rage à Bordeaux que l´octroi de droits de plantation nouveaux n´est accordé que pour des plantations d´au moins 4000 pieds/ha alors que le décret de l´AOC prévoit une densité minimale de 2000 pieds/ha. Qui plus est, bénéficier des primes de restructuration du vignoble suppose une plantation à 5000 pieds/ha minimum.

Des coûts de plantation allant du simple au double
Afin de permettre au vigneron de faire les bons choix, l´URABLT (Union régionale agricole de Branne-Libourne-Targon), structure dépendante de la Chambre d´agriculture, a réalisé une étude sur le thème : « Plantations de qualité : combien ça coûte ». L´étude se base sur une parcelle de vigne existante. Ce qui a permis de décompter les tournées, de tabler sur un nombre exact de pieds et de calculer le nombre de pointes et même les longueurs de fils de fer. Résultat : le coût de la plantation (hors arrachage) varie de 18 032 euros/ha pour une vigne large de 3 m x 1 m à 31 092 euros/ha pour une vigne étroite d´1,50 m x 1 m. « Selon le choix de planter en vignes larges ou étroites, l´investissement au départ peut être beaucoup plus important mais rapporté à la durée moyenne de vie d´une vigne, soit 40 ans, la différence devient plus qu´acceptable », estime Eric Chadourne, directeur de l´URABLT. D´autant plus que la prime de restructuration peut couvrir le surcoût dans le cas d´une plantation serrée. « Les hautes densités constituent également une assurance en rendement et en qualité », indique encore Eric Chadourne. Mais d´ajouter : « Reste le problème de la valorisation. »

Une plantation à 2 m en AOC bordeaux augmente le coût de production par tonneau de 150 euros par rapport à une vigne plantée à 3 m. Et ceci, sans compter les éventuels surcoûts liés à la nouvelle organisation de travail et de matériels que suppose une plantation serrée. Sachant également que dans le cas d´une vigne large, l´obtention d´une qualité correcte sera plus aléatoire. « C´est donc un véritable choix d´entreprise. Un vigneron au travail déjà bien organisé et qui a les moyens de bien valoriser sa production aura intérêt à planter étroit. Au contraire, un vigneron qui a déjà des vignes larges, qui subit les aléas du marché vrac et l´augmentation des coûts de production, a peut-être intérêt à opter pour des vignes larges ».


L´étude complète est disponible auprès de l´Urablt : 05 57 55 25 25 - email : info@urab-grezillac.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui