Réussir vigne 14 janvier 2011 à 17h02 | Par M.-E. Koralewski

DEMAIN - Prédire le potentiel azoté des raisins

Abonnez-vous Réagir Imprimer
LES MESURES DU
CAPTEUR PIÉTON
MULTIPLEX, de la
société Force A,
sont basées sur
la fluorescence.
L’appareil émet
un flash de lumière
sur les feuilles et
analyse la lumière
réémise. Divers
indices en découlent.
L’un d’eux est fortement
corrélé à la
teneur en azote
assimilable
des moûts selon
des études menées
en 2010 par l’IFV
Sud-Ouest.
LES MESURES DU CAPTEUR PIÉTON MULTIPLEX, de la société Force A, sont basées sur la fluorescence. L’appareil émet un flash de lumière sur les feuilles et analyse la lumière réémise. Divers indices en découlent. L’un d’eux est fortement corrélé à la teneur en azote assimilable des moûts selon des études menées en 2010 par l’IFV Sud-Ouest. - © IFV Sud-Ouest

L’IFV Sud–Ouest a mis en place des essais en 2010 afin de déterminer si une mesure réalisée à la fermeture de la grappe avec l’appareil Multiplex3 de la société Force A pouvait permettre de prédire la teneur en azote assimilable des moûts. Ce paramètre étant un facteur-clé pour l’élaboration de vins riches en molécules aromatiques de type thiol. Et les premiers résultats sont encourageants. “ Nous avons mis en évidence qu’il existe une corrélation entre l’indice SFR-G, traduisant les teneurs en chlorophylle, délivré par une mesure sur feuille avec le Multiplex3 et la teneur en azote assimilable des moûts mesurée lors des vendanges. À partir de là, nous avons construit un modèle prédictif qui permet, à partir de cet indice Multiplex, d’évaluer la teneur en azote des moûts. Ce modèle aboutit en moyenne à une erreur de prédiction de l’azote de plus ou moins 31 mg/l ”, explique Eric Serrano, ingénieur à l’IFV Sud-Ouest. Reste toutefois à valider le modèle obtenu sur un à deux millésimes supplémentaires car cette seule année d’étude n’est pas suffisante. “ La prédiction quantitative doit être approfondie mais les informations obtenues avec le Multiplex permettent d’ores et déjà d’évaluer qualitativement les différentes parcelles et de détecter un stress azoté ou non ”, précise-t-il.

Anticiper les carences azotées

Ainsi, une mesure au stade fermeture de la grappe avec ce capteur peut permettre d’anticiper les potentielles carences en azote des moûts et donc de les rectifier en réalisant une pulvérisation en azote foliaire à la véraison par exemple. “ La pulvérisation peut ainsi être ajustée aux réels besoins des différentes parcelles. L’outil est également utilisable pour réaliser la sélection parcellaire ”, indique Eric Serrano. L’IFV Sud-Ouest teste également la possibilité d’utiliser cette technologie sous forme embarquée sur quad ou tracteur de façon à rendre les mesures plus rapides et couvrir un plus grand territoire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,