Réussir vigne 15 décembre 2008 à 14h39 | Par M.-E. Koralewski

Débat - Le projet de réglementation des pratiques œnologiques avance

Les pratiques œnologiques sont révisées dans le cadre de la nouvelle OCM vin. Des propositions sont en débat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
D’ici 2009, les vins ayant été produits avec des pratiques expérimentales devraient obtenir l’autorisation d’être expédié dans l’Union européenne.
D’ici 2009, les vins ayant été produits avec des pratiques expérimentales devraient obtenir l’autorisation d’être expédié dans l’Union européenne. - © DR

Parmi les propositions débattues au sein de la Commission européenne, la désalcolisation partielle des vins est certainement l'une des dispositions très attendues par la filière. Il est proposé d'autoriser une diminution au-delà de 2% du degré alcoolique, ainsi que de définir précisément quelles seront les techniques utilisées pour ce faire. « Pour adopter ces modifications, il faudrait obtenir une majorité d'au moins 2/3 des membres du Comité de réglementation, ce qui n'est pas gagné. D'autre part, l'OIV souhaite aussi définir des conditions d'application de certaines techniques de désalcolisation de façon à ne pas remettre en cause la définition du vin. Ce qui risque de modifier l'écriture du règlement européen puisque les règlements OIV sont désormais transcrits automatiquement en droit européen», explique Sylvain Naulin, chargé de mission au bureau du vin du ministère de l'Agriculture. La pratique du coupage suscite également des velléités. Les professionnels souhaiteraient que soit supprimées des contraintes administratives liées à cette pratique. Cette demande est motivée notamment par la création des vins sans IG qui pourront assembler des vins de différentes régions. Or ces vins seront considérés comme coupés car ils n'ont a priori pas été élaborés suivant les mêmes pratiques œnologiques (car issus de régions différentes).

Quid des pratiques expérimentales

Autre changement en cours : l'autorisation d'expédier dans l'Union européenne les vins ayant été produits avec des pratiques expérimentales. « Là encore, certains pays membres souhaitent restreindre cette autorisation d'expédition aux pratiques déjà adoptées par l'OIV, ce qui limite à nouveau le champ des possibles », précise Sylvain Naulin. Par exemple, un vin désalcoolisé ne pourrait être expédié en Europe à condition que la réduction du titre alcoométrique n'ait pas dépassé 2%...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui