Réussir vigne 08 avril 2002 à 11h35 | Par C. G.

Choix du cépage - Le négoce veut sortir de la logique producteur

La France doit sortir de sa seule logique du terroir, estime l´Afed. «Il faut produire ce que demande le consommateur.» «Nous perdons des parts de marché devant nos concurrents qui ont su s´occuper du consommateur», estime l´Afed, l´Association française des éleveurs-embouteilleurs-distributeurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Et en particulier, de ce consommateur qui n´a pas la culture du vin et qui veut simplement un produit de qualité identique d´un bout à l´autre de l´année. «Le concept d´AOC et de référence à l´origine en général ne permet pas d´obtenir de produits « stables », poursuit l´Afed. « Tous les vins de terroir passent par un agrément producteur. Si le vin n´a pas la typicité requise, il est recalé. Or, si le marché demande des produits non typés, la France ne peut pas les lui offrir. Il faudrait remplacer l´agrément par un accord entre le producteur et le négociant qui connaît son marché. » Les vins de pays de trop petites zones ne peuvent non plus satisfaire cette demande. Les vins de pays du Languedoc produits à partir de cépages aromatiques sont trop riches en alcool ce qui contribue à tuer l´arôme, estime le négoce.
Etiquette Fortant ©DR

Etiquette Fortant
La réglementation européenne impose 100 % d´un même cépage dans une bouteille. Au grand regret du négoce.


« Pour stabiliser la qualité et apporter des corrections, il faudrait pouvoir mélanger des vins de pays de différentes régions et élaborer des stratégies de marque à partir d´une identification nationale. Ce qui est aujourd´hui interdit. » Le négoce demande de plus que se mette en place la règle des 85 % pour le cépage et le millésime, soit autoriser le mélange de plusieurs cépages ou millésimes, sachant que l´un dominerait à hauteur de ce pourcentage, ce qui permettrait d´afficher sur l´étiquette le seul nom de ce cépage ou millésime dominant. La souplesse apportée contribuerait à changer la donne de la commercialisation des différents cépages. « On sait par exemple que l´on manque de carbernet sauvignon et de cabernet franc. Avec cette règle des 85 %, on pourrait répondre à la demande en ces cépages. » D´autant plus, affirme l´Afed, que les pays du Nouveau monde, eux, ne s´embarrassent pas de tels règlements. Certains produits de terroir ont toute leur place, en particulier sur le marché national, poursuit encore l´Afed. « Il s´agit simplement d´additionner les stratégies. »

Coopérative La Cévenole « Bois du chatus, de maladie tu n´auras plus »
La Cévenole, coopérative ardéchoise, a fait sien ce proverbe en réhabilitant le chatus, cépage rouge typiquement cévenol. Aujourd´hui, une trentaine d´hectares ont été replantés et ce cépage a été classé recommandé en 1997. La production est actuellement vendue en vin de pays, mais un syndicat de défense du chatus créé en 2000 a déposé une demande de reconnaissance en AOC auprès de l´Inao. Au moins deux raisons ont poussé la coopérative à renouer avec ce cépage, réputé capricieux : il permet l´obtention d´un vin de garde « très original », et permet à la coopérative de se démarquer de la concurrence.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui