Réussir vigne 24 juillet 2018 à 17h00 | Par Philippe Douteau

CAB : le logo de valorisation des vins en conversion bio

Sudvinbio a créé un logo permettant au consommateur d'identifier les vins en conversion vers l'agriculture biologique. Il a été présenté le 24 juillet à Montpellier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ce nouveau logo pourra être apposé sur les bouteilles issues de vignes en deuxième et troisième année de conversion à l'agriculture biologique, tout en veillant à ce que la mise en rayon ne prête pas à confusion avec le label AB.
Ce nouveau logo pourra être apposé sur les bouteilles issues de vignes en deuxième et troisième année de conversion à l'agriculture biologique, tout en veillant à ce que la mise en rayon ne prête pas à confusion avec le label AB. - © Sudvinbio

Le 24 juillet à Montpellier, Sudvinbio, l'association interprofessionnelle des vins biologiques du Languedoc-Roussillon, a présenté le visuel de son nouveau logo. Marque déposée par l'association présidée par Patrick Guiraud, le "CAB", désigne un produit en conversion vers l'agriculture biologique, et a été conçu pour "stabiliser le marché et éviter que les prix flambent", a présenté le président de Sudvinbio. Valable aussi bien pour les producteurs que les négociants, le logo sera "applicable pour le millésime 2018", mais ne sera pas rétroactif. D'après la charte éditée par l'association, il faut être adhérent à Sudvinbio pour se prévaloir du logo, être en C2 et C3 (2e et 3e année de conversion), fournir une analyse de résidus pour chaque lot, et produire en Occitanie (pour l'instant, avant une éventuelle extension du statut à l'échelle nationale), tout en veillant à ce que la mise en rayon ne prête pas à confusion avec les vins issus de l'agriculture biologique. Accompagnement d'une période transitoire, souvent difficile pour un vigneron en conversion, cette identification va de paire avec une dynamique d'approvisionnement des marchés, et un objectif fixé à 50 % de vin bio produit en Occitanie sur 10 ans. Présent à la conférence de presse, Gérard Bertrand a évoqué un "moment historique" pour le bio, estimant qu'il y aura "un avant et un après". Il s'est par ailleurs félicité de cette garantie pour les vignerons qui se lancent en AB "d'avoir un revenu pendant deux ans pour passer le cap", les metteurs en marché impliqués s'étant engagés à valoriser ces vins à un niveau presque équivalent à celui des vins certifiés bio. La démarche est soutenue par la région Occitanie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,