Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Evel’up fourmille de projets

Le numéro deux français des coopératives porcines a invité le 11 janvier dernier l’ensemble de ses partenaires à faire le point sur la fusion mais aussi et surtout sur les projets qui l’animent.

Evel’up désormais sur les rails, place aux projets ! "Le prix de revient reste le facteur numéro 1 de réussite, indique Philippe Bizien, son président délégué. Si la coopérative surveille le prix des matières premières, elle est aussi attentive aux capacités techniques des éleveurs à les valoriser. "Avec la fièvre porcine africaine, biosécurité et conditions d’élevage sont aussi au cœur de nos préoccupations", affirme-t-il, qui veut aussi pouvoir répondre à toutes les demandes. Porc bio, engraissement sur paille… "il nous faut explorer tous les créneaux".

Moderniser les élevages

"Une partie des consommateurs est très attachée au lien animal-homme". Le service recherche et développement de la coopérative va donc plancher sur la bientraitance animale. "Il faut rassurer le consommateur et moderniser nos élevages". Toujours pour répondre aux attentes de la société, la démédication sera aussi au cœur de la recherche. "Ce sera aussi une façon de maintenir le niveau actuel de consommation", espère le président délégué, qui reconnaît une fracture entre production et consommation.

Relever le défi de la transmission

"Dans les 10 ans à venir, un tiers des volumes de production vont changer de main", calcule Philippe Bizien. "Autant dire que c’est demain". Evel’up entend tout mettre en œuvre pour relever le défi du renouvellement des générations. "Nous allons proposer des audits aux cédants. Et chercher des repreneurs du côté des écoles d’agriculture mais aussi chez les salariés d’élevage". Avec pour fil rouge, "des installations qui soient viables économiquement".

"On fait partie de la même famille". Avec l’ensemble de ses partenaires, Evel’up "souhaite tisser des liens équilibrés", mais sans exclusivité. "Nos adhérents sont des chefs d’entreprise et font leurs propres arbitrages".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Vous aimerez aussi

Vignette
La recherche porcine au plus près du terrain
Les journées de la recherche porcine qui avaient lieu à Paris les 5 et 6 février dernier ont fait la part belle aux publications…
Vignette
Hénaff étoffe sa gamme de produits bio.

Bientôt sept références bio de la célèbre marque bretonne seront proposées en GMS. Hénaff reste fidèle à sa philosophie d…

Vignette
Herta, Bigard et Evel’Up contractualisent sur 2 000 porcs par semaine
Le dispositif d’avance de trésorerie remboursable, mis en place par les trois partenaires, va gérer les écarts entre le prix de…
Vignette
Des Happig Hour pour faire tomber les préjugés sur le métier d’éleveurs de porcs

Le Comité régional porcine de Bretagne propose aux éleveurs de porcs d’organiser près de chez eux des Happig Hour. Le…

Vignette
La transmission des outils, une priorité chez Triskalia
Face aux aléas de la profession et aux banques qui demandent un apport de fonds propres, il faut viser au plus juste pour…
Vignette
Bâtir un projet d'exploitation cohérent et évolutif
Bâtir un projet guidé par ses attentes personnelles, selon les possibilités de son exploitation, à l’écoute des attentes de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)