Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les nutritionnistes se focalisent sur l’alimentation de précision des cochons

Pour adapter les apports alimentaires à chaque animal afin d’optimiser les performances tout en limitant les rejets polluants, les chercheurs ont développé des modèles dynamiques qui tiennent compte à la fois des connaissances fondamentales et des données acquises en élevage.

Tous les outils semblent désormais au point pour développer l'alimentation de précision sur le terrain.
© D. Poilvet

Après la nutrition de précision pour le porc en croissance et la truie gestante développée les années précédentes, les chercheurs ont abordé cette année la phase de lactation. Une période complexe, puisque les truies doivent à la fois assurer leurs propres besoins et ceux de leurs porcelets. Une étude de l’Inra de Saint-Gilles, en Ille-et-Vilaine, démontre que pour couvrir précisément les besoins nutritionnels des truies allaitantes, il faut pouvoir combiner les connaissances acquises sur l’utilisation des nutriments des truies et les données produites en élevage au cours de la lactation : rang de portée, poids vif et épaisseur de lard dorsal à la mise bas, taille et poids de la portée à la mise bas et en cours de lactation, consommation journalière des truies… À partir de ces données, les chercheurs peuvent calculer quotidiennement les besoins nutritionnels. Ils peuvent aussi prédire les changements de réserves corporelles de la truie, en fonction de sa production laitière estimée et de la consommation d’aliment mesurée. Les dépenses d’entretien et de production laitière sont calculées chaque jour pour chaque truie, en fonction de ses propres caractéristiques et de ses performances.

Prédire le poids des truies pour mieux les alimenter

De son côté, l’Ifip a modélisé l’évolution du poids vif des truies en utilisant la base de données constituée à sa station de Romillé à partir de 90 truies nées entre 2012 et 2015. Selon les calculs réalisés par Nathalie Quiniou, ingénieure nutritionniste à l’Ifip, l’ordre de grandeur de l’erreur de prédiction varie entre 13 et 16 kg selon le modèle et le jeu de données utilisés. « Il peut être relativisé au regard de la variation de poids de la truie avant et après la miction, sachant que le volume d’urine peut atteindre en moyenne 17 litres par jour », prévient-elle. Cet écart est cependant important au regard des quantités ingérées, puisqu’il représente une différence de besoin d’entretien en énergie équivalent à environ 100 grammes d’aliment par jour. Nathalie Quiniou souligne également que la qualité de la prédiction est d’autant meilleure que le troupeau est homogène.

L’intérêt économique n’est pas encore démontré

Tous les outils semblent donc désormais au point pour développer cette approche sur le terrain. Une étude menée conjointement par le Centre de développement du porc du Québec et l’Inra sur l’alimentation de précision sur des truies gestantes introduit cependant quelques doutes sur son intérêt économique. Dans le contexte québécois et à partir d’un essai mené sur quatre bandes et sur deux cycles complets seulement, l’étude conclut à une réduction du coût d’alimentation de seulement 2 euros par truie et par an ! Un gain largement insuffisant pour amortir tout le matériel nécessaire à la mise en place de cette stratégie alimentaire (alimentateurs spécifiques, identification individuelle…). Dans cet essai, la teneur en lysine digestible variait en fonction du jour de gestation et du rang de portée. Ces adaptations ont permis de réduire les apports en lysine de près de 20 %. Mais les améliorations de performances se sont limitées à un logique gain d’épaisseur de muscle des truies pendant la gestation, et à un meilleur taux de survie des porcelets à la mise bas pour les truies nullipares grâce à une meilleure couverture de leurs besoins en acides aminés en fin de gestation. Cependant, la durée de l’essai a sans doute été trop courte pour estimer l’impact de l’alimentation de précision sur la longévité des truies et leurs performances à long terme. Le contexte européen peut aussi mieux valoriser financièrement une baisse du taux de lysine dans les aliments. Enfin, l’impact d’une alimentation de précision sera probablement plus important sur des porcs charcutiers, dont le coût de production est plus sensible à la composante alimentaire.

Pour en savoir plus :
Modélisation dynamique de l’utilisation des nutriments et des besoins individuels chez la truie en lactation. JRP 2019, p. 117-122
Modélisation de l’évolution moyenne du poids vif après la mise bas selon l’âge chez des truies croisées Large white x Landrace. JRP 2019, p. 123-128
Effet d’une alimentation de précision sur les performances, la productivité et le coût d’alimentation pendant la gestation dans un contexte commercial de gestion des truies en groupe. JRP 2019, p. 129-134
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
L’épizootie de la fièvre porcine africaine décime le cheptel chinois
Entre 30 et 50 % de la production de porc chinoise aurait disparu. L’efficacité des mesures de biosécurité réclamées par le…
Vignette
Au Gaec La Blanche, l’élevage se restructure autour d’une maternité neuve de 96 places
Au Gaec La Blanche, la réorganisation de l’outil de production de 430 truies en multiplication et de la conduite d’élevage s’…
Vignette
Les trois quarts des abattages en Bretagne sont aux mains de quatre groupes
À partir des données d’Uniporc Ouest, les chambres d’agriculture de Bretagne dressent un portrait de l’abattage de porcs de la…
Vignette
Cooperl signe une joint-venture avec Vereijken

À travers un partenariat signé le 25 mars, Cooperl et la société néerlandaise Vereijken spécialisée dans la fabrication…

Vignette
Lur Berri s’engage dans la qualité duroc
Le groupe coopératif basé au Pays Basque développe une offre premium de qualité de viande avec des porcs charcutiers 50 % Duroc.…
Vignette
Le Gaec de la Baie des champs mise sur l’économie circulaire
FAF, vente directe, méthanisation… Dans la Vienne, Yves Debien et Éric Sabourin ont investi dans de nouvelles activités qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)