Réussir porc 05 septembre 2016 à 08h00 | Par Claudine Gérard

Uniporc précise les résultats de classement des mâles entiers

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascal Le Duot, directeur Uniporc Ouest, est satisfait des économies de fonctionnement qui vont permettre de baisser le montant des cotisations.
Pascal Le Duot, directeur Uniporc Ouest, est satisfait des économies de fonctionnement qui vont permettre de baisser le montant des cotisations. - © C. Gérard

Pascal Le Duot, directeur d’Uniporc Ouest, a présenté en juin dernier* les résultats de pesée-classement des porcs mâles entiers, à présent « traités » à part. Une décision qui s’est imposée compte tenu des effectifs : 2,216 millions de porcs non castrés sur les 4,292 millions de porcs issus du groupement Cooperl, soit 51,6 % des porcs charcutiers du groupement et 25 % du total des mâles pesés et classés par Uniporc Ouest.

Un avantage de 4 c/kg pour les mâles entiers

Les résultats confirment un classement et une plus-value significativement améliorés par rapport aux mâles castrés, malgré un poids supérieur : 61,88 de TMP et 15,52 centimes de plus-value pour 95,41 kg de poids chaud, soit près de 4 centimes de plus que les mâles castrés (voir tableau).

Par ailleurs, l’année 2015 a été marquée par une stabilité des abattages sur la zone par rapport à 2014 (- 0,1 %), avec 19 millions de porcs (tous confondus). "Après six années de baisse des volumes, il semble que nous soyons à présent sur un plateau", commente le directeur. Le détail par région montre toutefois de fortes disparités, avec une chute de 50 % des abattages en Normandie, tandis que Bretagne et Pays de la Loire ont augmenté de 2,5 % environ. Le TMP s’est bien maintenu à 60,46 (tous porcs confondus) avec une plus-value de 12,25 centimes par kg. Une relative « performance », sachant que, sur cette année, le poids moyen a augmenté de 1,3 kg, « par choix professionnel pour s’adapter aux réalités économiques de nos élevages », précisait Paul Auffray, président. L’organisation annonce en outre de nouvelles économies en particulier grâce à la numérisation de l’envoi des données qui, à ce jour représentaient 300 000 euros par an, et devraient tomber à moins de 80 000 €. Le budget de fonctionnement sera donc cette année en baisse, passant de huit à six millions et la cotisation est annoncée à la baisse à trente centimes par porc au deuxième semestre.

 

- © Infographie Réussir

 

 

- © Infographie Réussir

 

* au cours de l’assemblée générale d'Uniporc Ouest, le 23 juin 2016, à Plérin (22).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui