Réussir porc 22 mars 2017 à 08h00 | Par Dominique Poilvet

Un tournant dans la façon de réfléchir et concevoir les bâtiments

Les Beepos (Bâtiment d’élevage à énergie positive) sont des bâtiments à basses consommations qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Une première européenne a vu le jour à Carentoir, dans le Morbihan. Témoignage de Michel Marcon, ingénieur Ifip qui a suivi cetté réalisation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour produire plus d'énergie qu'il n'en consomme, un pan entier du toit d'un des deux bâtiments de la SCEA le Gouta a été recouvert de panneaux photovoltaïques.
Pour produire plus d'énergie qu'il n'en consomme, un pan entier du toit d'un des deux bâtiments de la SCEA le Gouta a été recouvert de panneaux photovoltaïques. - © D. Poilvet

" L’IFIP et cinq autres partenaires (1) ont travaillé de 2011 à 2014 à la création du concept de bâtiment d’élevage à énergie positive (Beepos). Ce travail, cofinancé par le ministère de l’Agriculture, nous a permis d’en donner la définition, et de fixer les niveaux de performance énergétique à atteindre. En parallèle, nous avons mené une étude économique qui démontre l’intérêt de ce concept. Concevoir un bâtiment à énergie positive ne consiste pas uniquement à produire plus d’énergie que d’en consommer. Il faut aussi limiter les consommations d’énergie à la source en respectant des seuils (2).

Les bâtiments de la SCEA le Gouta (3) sont les premiers à avoir intégré ces deux notions. L’ensemble des équipements cumulés permet des niveaux de consommations théoriques largement inférieurs aux seuils définis. Par exemple, la consommation prévue dans le bâtiment gestante est de 35 kWh/place, pour un seuil Beepos fixé à 80 kWh. Le choix des équipements a été judicieux, comme par exemple associer des niches pour les porcelets en maternité avec un système de chauffage eau chaude produite par une énergie renouvelable (chaudière bois)."

- © Michel Marcon

L’accompagnement des éleveurs par le groupement, qui a fait appel à un thermicien pour optimiser les installations, constitue clairement un tournant dans la façon de réfléchir et de concevoir les bâtiments. Cette réalisation démontre qu’il est possible de prendre l’énergie en compte sans affecter sa rentabilité. Par ailleurs, les éleveurs s’assurent une vraie indépendance vis-à-vis de l’évolution des tarifs de l’énergie. Cet élevage doit servir d’exemple, au moins sur la nécessité de concevoir des outils de production à basse consommation d’énergie. Des compteurs ont été installés pour prouver qu’au-delà des moyens mis en ½uvre, les bâtiments à énergie positive permettent un réel retour sur investissement.

(1) Institut de l’élevage, Itavi (institut avicole), chambre régionale de Bretagne, chambre régionale des Pays de la Loire, et chambre départementale de la Manche.
(2) Guide du bâtiment d’élevage à énergie positive, IFIP 2013, gratuit.

(3) La SCEA Le Gouta à Carentoir dans le Morbihan a construit le premier bâtiment naissage à énergie positive. C'est une première européenne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui