Réussir porc 04 février 2015 à 08h00 | Par Claudine Gérard

Un lien fort entre investissements et performances techniques

Etude Cogedis Fideor. Les éleveurs de porcs qui affichent les plus hauts niveaux d’amortissement en bâtiment sont ceux qui obtiennent les meilleurs résultats techniques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les élevages qui ont le plus investi ont aussi la meilleure EBE.
Les élevages qui ont le plus investi ont aussi la meilleure EBE. - © C. Gérard

Il est d’usage d’argumenter sur le besoin d’investissement dans les bâtiments pour pérenniser l’élevage et améliorer les performances. Le gros intérêt de l’étude conduite par Cogedis Fideor sur près de 500 élevages naisseurs-engraisseurs est d’en apporter la preuve chiffrée. Jean-Christophe Séité, chargé d’études, qui a conduit l’étude sur les résultats clôturés de juillet 2013 à juin 2014, explique que celle-ci a consisté à répartir les élevages selon quatre classes  constituées au vu des amortissements (voir tableau). En mettant en parallèle les résultats techniques et les coûts de production, il apparaît clairement que les élevages où l’amortissement dans les bâtiments est inférieur à 50 euros par truie affichent des performances techniques les plus faibles (indice de consommation, productivité).

- © Infographie Réussir

À l’inverse ceux pour qui l’amortissement dépasse les 250 euros par truie se positionnent en tête sur ces critères de performances. L’écart est particulièrement important sur la productivité des truies puisque la différence entre les classes « extrêmes » atteint près de trois porcs par truie et presque 300 kilos de carcasse par truie. Au final, les coûts de production de ces quatre groupes d’élevage se retrouvent globalement au même niveau (1,53 à 1,54 euro par kilo de carcasse). Mais le prix d’équilibre décroît de façon quasiment « linéaire » avec le  niveau des investissements. Enfin, l’investissement améliore aussi la performance économique des élevages car l’EBE fait plus que doubler entre les deux groupes extrêmes.

Jean-Christophe Séité, chargé d’études Cogedis Fideor. « Dans notre échantillon, au final, 
le gain technique compense totalement les amortissements supplémentaires. »
Jean-Christophe Séité, chargé d’études Cogedis Fideor. « Dans notre échantillon, au final, le gain technique compense totalement les amortissements supplémentaires. » - © C. Gérard

Cogedis Fideor, plus que de la comptabilité

 

Cogedis Fideor est un des tous premiers cabinets d’expertise comptable agricole sur l’Arc Atlantique qui accompagne 16 500 entreprises dont 9 500 agriculteurs parmi lesquels 7 000 éleveurs. Cogedis-Fidéor intervient  dans tous les domaines qui engagent la rentabilité et la stratégie de leur entreprise : comptabilité, performance économique, optimisation sociale et fiscale, juridique, développement, environnement, ressources humaines, patrimoine. Outre l’analyse des résultats trimestriels, les chargés d’études réalisent également des analyses spécifiques répondant aux problématiques des professionnels.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui