Réussir porc 19 novembre 2001 à 14h33 | Par F. F.

Truies gestantes en groupe - Les truies sont aussi à l´aise sur paille ou caillebotis

En effet, la récente étude menée à la station expérimentale de Guernevez permet d´annoncer un même niveau de bien-être des truies conduites en groupe. Deux fois plus actives sur paille et s´y couchant deux fois plus vite, les truies affichent, comme sur caillebotis, douze nés vifs par portée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les truies gestantes devront être conduites en groupe. La nouvelle réglementation bien-être a bel et bien adopté cette disposition. Les EDE et Chambres d´agriculture de Bretagne, ainsi que la société Acemo, ont voulu faire le point sur le sujet à la station expérimentale de Guernevez (29) le 7 septembre dernier. L´ensemble des techniciens bâtiments des groupements de la région, ainsi que l´ITP, ont été invités.
Bilan : caillebotis ou paille, les truies en groupe sont aussi à l´aise. Quant au Dac, après quelques avatars dans les années 80, ce matériel est aujourd´hui bien rodé à l´alimentation des truies. A l´inverse, les résultats et études sur la conception des bâtiments sont encore peu étendus.
Conception du bâtiment
"On en n´est qu´au balbutiement" lance Jean Callarec, responsable de la station expérimentale de Guernevez.
Au niveau de la station, le Dac Acemo équipe deux types de bâtiments en groupe. L´un sur paille, en service depuis février 1998, abrite cinquante truies divisées en deux groupes, les attentes saillie et les gestantes confirmées. L´autre, mené sur caillebotis et datant de fin 1999, pour un troupeau de même taille divisé également en deux groupes. L´évaluation du bien-être des truies en fonction de ces deux types de sol a été conduite en saison estivale sur des lots de dix-sept à dix-huit truies gestantes confirmées, à raison de dix séances d´observation de trois heures chacune. Celles-ci ont été entreprises sept jours après la formation des groupes afin d´avoir une hiérarchie stabilisée entre les individus.
Sur le flanc
Postures et comportements des animaux ont été notifiés. "La posture couchée sur le flanc, qui est un indice de bien-être, est identique pour les deux systèmes. Nous ne pouvons donc pas annoncer de différence significative concernant cette posture" indique Céline Salaun.
L´activité des animaux quant à elle est supérieure sur paille. "Les truies sont deux fois plus actives sur paille" précise l´ingénieur.
La qualité des aplombs avant et arrière est quasiment identique sur caillebotis ou sur paille.
"Les aplombs des truies sont bons à 80-90 % sur paille ou sur caillebotis" signale Céline Salaun. Concernant la qualité des onglons, 40 % des truies sur caillebotis présentent fendillements et cornes longues. Alors que les truies sur paille ne présentent pas ces défauts. La différence n´est cependant pas suffisamment probante estime la responsable d´étude.
Sur caillebotis, les truies mettent deux fois plus de temps à se coucher par rapport aux truies sur paille. Elles ont plus de difficulté et utilisent un appui qui est bien souvent une autre congénère. Sur paille, elles se laissent tomber car le sol fait office de coussin amortisseur.
Sur paille ©F.F.

Sur paille
Le paillage a lieu deux fois par semaine, à raison de 2,2 kilos de paille par truie et par jour. La bâtiment est vidé toutes les trois semaines. La surface est de 3,40 m2 par animal.

Agressions
Le nombre moyen d´agressions selon le moment de la journée a été lui aussi observé. "Pendant les repas, l´agressivité est supérieure sur paille par rapport aux caillebotis. Peut-être parce que les truies sont plus actives sur paille" explique Céline Salaun. Concernant la proportion de truies blessées en fonction du type de sol, 75 % des truies sur caillebotis présentent plus de dix griffures contre 60 % sur paille. "Le caillebotis ne joue pas un rôle d´amortisseur" explique l´ingénieur.
A noter que les truies en première gestation sont les plus griffées, 90 % sur caillebotis et 70 % sur paille présentent plus de dix griffures. "Des griffures générées lors de l´introduction des cochettes dans le groupe" indique Céline Salaun.
Les résultats techniques (moyenne sur quatre années) des deux bâtiments ont également été mis à plat. Le plus parlant concerne le nombre de nés vifs par portée qui est de 12,01 sur caillebotis et 12,10 sur paille. "On peut obtenir de bons résultats avec des truies non bloquées, aussi bien sur caillebotis que sur paille, dans la mesure où le système est bien maîtrisé" conclut Jean Callarec.
Sur caillebotis ©F.F.

Sur caillebotis
Le caillebotis doit rester sec. De ce fait, un tiers de la case présente un caillebotis chauffant. La surface par animal est de 2,81 m2.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui