Réussir porc 18 mars 2004 à 10h10 | Par Armelle Puybasset

Traitement du lisier - Cinq euros par m3 pour traiter de faibles excédents

La Cavac met à disposition de ses adhérents le Sep Tec. Il permet de traiter les excédents de lisier d´exploitations pour 5 euros par m3.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le secteur d´activité de la Cavac (principalement la Vendée et les Deux Sèvres) se caractérise par des exploitations en polyculture-élevage composées d´un atelier bovins (lait ou viande) et complétées par un atelier spécialisé de taille moyenne. C´est à dire un élevage porcin de 110 à 120 truies ou un bâtiment de volailles de 1000 m2. « La surface agricole utile (SAU) de l´exploitation ne permet pas toujours à l´éleveur d´être autonome à 100 % en terme de plan d´épandage », explique Philippe Albert, du service environnement de la Cavac. « La plupart des exploitations ont une autosuffisance comprise entre 85 % et 95 %. Les contrats d´épandage auprès d´agriculteurs voisins sont donc fréquents. » Cependant ces contrats, de plus en plus fragilisés, inquiètent les éleveurs. La surface d´épandage nécessaire est, au fil des années et des réglementations, de plus en plus importante tandis que les surfaces disponibles du voisinage se font plus rares.

Depuis l´application de la deuxième directive nitrate fin 2001, trois cantons de Vendée ont été classés en zone d´excédent structurel. Onze autres ont une pression d´azote supérieure à 140 kg/ha épandable. Les bassins versants sont nombreux et les plans d´épandage sont calculés sur la base du phosphore (100 kg/ha), facteur limitant pour les productions hors sol. Par ailleurs, l´application des normes Corpen en bovins a entraîné une restructuration des exploitations et parfois mené à des ruptures de contrat. C´est dans ce cadre que le service environnement de la Cavac recherche des solutions durables pour assurer le maintien du potentiel de production de ses exploitants.
©D. R.


Une solution pour traiter de faibles volumes
« L´investissement dans une station de traitements du lisier collective ou individuelle n´est pas rentable, du fait de la taille et de la dispersion des élevage », remarque Philippe Albert. « Nous avons donc collaboré avec la société Eurobiosor (44), spécialisée dans le traitement par bio-filtration des effluents, pour proposer à nos adhérents une solution de traitement du lisier partielle. » Le SepTec est un séparateur de phase à bandes. Monté sur une remorque, il peut aisément être déplacé d´un élevage à l´autre pour y traiter le volume de lisier en excédent (de 300 à 1500 m3 suivant les exploitations) et ainsi de réduire les surfaces d´épandage correspondantes. « Le SepTec, explique Patrick Corbé d´Eurobiosor, »permet d´abattre 90 % du phosphore et 40 % de l´azote du lisier traité.« Les co-produits issus de ce traitement sont récupérés et stockés par la Cavac. La coopérative a également le projet de construire une plate-forme de compostage en association avec Coop Eveil (85). L´objectif est d´y traiter les co-produits solides issus du séparateur de phase, les fumiers des élevages de volailles de chair ainsi que des déchets verts.

La Cavac a organisé fin octobre une démonstration du séparateur de lisier chez un éleveur de porcs et de canards. « Une trentaine d´éleveurs de porcs et une quinzaine d´éleveurs de canards se sont montrés intéressés par ce service. Nous avons évalué le volume global de lisier à traiter autour de 35 000 m3 par an. Le coût du traitement pour l´éleveur est évalué à 5 euros par tonne de lisier », précise Philippe Albert.
©D. R.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui